Aller au contenu principal

Année blanche, lever les blocages

Pour la FDSEA, l'année blanche est la seule mesure susceptible de ramener rapidement de la trésorerie dans les exploitations. Aussi en débloquer l'accès était au centre de la réunion initiée vendredi dernier avec les parlementaires morbihannais et les banques mutualistes du département.

Les parlementaires du Morbihan avec la FDSEA ont pris l'initiative de convoquer une table ronde avec les banques mutualistes pour faciliter l'accès du dispositif année blanche.
Les parlementaires du Morbihan avec la FDSEA ont pris l'initiative de convoquer une table ronde avec les banques mutualistes pour faciliter l'accès du dispositif année blanche.
© Claire Le Clève

 

 

"Le dispositif année blanche existe, l'enveloppe est à peine consommée, 20 dossiers ont été déposés par des agriculteurs, 3 sont éligibles". Une goutte d'eau face aux besoins, s'indigne Frank Guéhennec, ainsi, "1 500 exploitations ont fait une demande au titre du fonds d'allègement des charges, 650 ont été servies à hauteur de 7 000 euros", compare le président de la FDSEA. Face à la crise, alertés par le syndicat en mai dernier, les parlementaires ont donc pris l’initiative, "toutes tendances politiques confondues", de convoquer une table ronde, vendredi dernier, à la chambre d'agriculture du Morbihan. Pour dissiper les points de blocage, Crédit agricole, Crédit mutuel et Banque populaire de l'Ouest ont pris part aux discussions aux cotés des représentants de la FDSEA et des sénateurs Joël Labbé et Michel Le Scouarnec et les députés Philippe le Ray, Paul Molac. Hervé pellois et Jean-Pierre le Roch

Se passer de l'aval bancaire

"Jusqu'à présent, il fallait l'aval de la banque pour que le dossier d'année blanche soit transmis à l'administration", détaille Frank Guéhennec. Certes,"les banques ont proposé de la restructuration de dette, du report de crédit, de la pause de remboursement, leurs produits pour près de 400 dossiers". Quant aux autres agriculteurs ? Ils recourent aux dettes fournisseurs, "avec des intérêts importants au final. Pour toutes ces raisons, l'année blanche est préférable", défendent les syndicalistes car le dispositif prévoit qu'un tiers des intérêts soit pris en charge par l’État, l'autre par la banque et le dernier tiers restant à la charge de l'exploitant.

Situation débloquée

A l'issue des discussions, le préalable bancaire a donc été supprimé. Désormais, c'est la DDTM qui centralisera la démarche en recevant directement la demande d'année blanche de l'agriculteur pour la transmettre à la banque. "C'est un acquis, on s'affranchit de la banque, nous voulons une approche collective pour donner un maximum de tickets d'entrée à ce dispositif", relève, satisfait, Frank Guéhennec. D'autant que la ferme morbihannaise rembourse en moyenne entre 30 000 et 40 000 euros d'annuité qui pourraient ainsi revenir dans la trésorerie de l’exploitation. "Une bouffée d'air dans ce contexte difficile", pour lequel la FDSEA a demandé une rallonge supplémentaire de l'enveloppe FAC. Car la crise perdure, "nous demandons à tous les maillons de la filière de nous aider à passer ce cap difficile. Il y aura des jours meilleurs".

 

Claire Le Clève

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité