Aller au contenu principal

Année en demi-teinte pour Terres de Saint Malo

Volume en hausse mais chiffre d'affaires en baisse, 2007 ne sera pas un grand cru pour la coopérative légumière malouine. Autre sujet d'inquiétude pour les producteurs, la réforme de l'OCM.

L'assemblée générale de Terres de Saint Malo s'est tenue dans la nouvelle station de conditionnement.
L'assemblée générale de Terres de Saint Malo s'est tenue dans la nouvelle station de conditionnement.
© Cécile Julien

Pour sa 3e assemblée générale, Terres de Saint Malo a présenté des résultats en demi-teinte, lors de son assemblée générale du 30 mai. Le chiffre d'affaires est en baisse de 5% malgré l'élargissement de la gamme et la légère augmentation des volumes commercialisés. Les productions de choux-fleurs et poireaux ont particulièrement souffert de la météo capricieuse de l'été 2007 et d'une baisse de la consommation hivernale. Les choux-fleurs, avec 62% du chiffre d'affaires, représentent toujours le gros de l'activité de la coopérative. Grâce aux contrats de commercialisation et à l'augmentation de 29% des surfaces, la pomme de terre retrouve sa 2e place. "Même si nous serons toujours tributaires des conditions climatiques, nous devons poursuivre nos efforts d'adaptation du calendrier", encourage Pierrick Gauvin, le président de la coopérative légumière.

De nouvelles présentations sont testées, certaines, comme les mini-choux, pour séduire de nouveaux consommateurs, d'autres, en plateaux plus bas, pour réduire les coûts de transport. La coopérative veut poursuivre le développement de la contractualisation, jusqu'à 20-25% du chiffre d'affaires.

La diversification se poursuit toujours. Le céleri continue de se développer et cette production approche les 5.000 tonnes. La carotte pourpre est aussi promise à un bel avenir, d'autant plus que cette production répond aux attentes du Grenelle de l'environnement qui souhaite remplacer les colorants de synthèse par des produits naturels. L'agriculture biologique représente aujourd'hui 7,5% du chiffre d'affaires de la coopérative. La gamme s'élargit mais sa progression est freinée par des difficultés techniques. Des installations sont prévues en 2008 sur ce créneau.

Pour accompagner l'ensemble des producteurs, la coopérative propose des diagnostics technico-économiques. 50% des 176 adhérents se sont engagés dans la démarche.

Préserver l'organisation bretonne

En plus des inévitables problèmes conjoncturels, les producteurs sont inquiets par la réforme de l'OCM fruits et légumes. Christophe Hamon, de Breiz Europe, n'a guère pu les rassurer. Son organisation est bien remise en cause. Dans le bilan de santé de la Pac, Bruxelles plaide pour une Organisation de marché unique. La France défend les spécificités du secteur fruits et légumes avec son organisation, le cofinancement Europe/profession, les outils de gestion du marché. Bruxelles propose une organisation par produit en Association d'organisations de producteurs. Ce qui correspond bien aux attentes de pays comme la Belgique ou les Pays Bas, où le nombre d'OP est déjà faible. La France a fait une contre-proposition. "Mais son projet est compliqué, la Commission doute qu'il soit compatible avec l'OMC", souligne Christophe Hamon. En attendant que l'OCM soit rénovée, les indemnités de retrait n'existent plus depuis le 1er janvier 2008. "La Bretagne veut garder la force de son organisation multi-produits avec un fort ancrage local", souligne Pierrick Gauvin, qui souhaite le renforcement des OP. Cette réforme de l'OCM ne plait pas plus au président du Cérafel, Joseph Rousseau. "L'Europe doit avoir d'autres ambitions pour redonner le pouvoir aux producteurs face à la grande distribution, argumente Joseph Rousseau. La Bretagne a tout à perdre sans cette réforme. Nous ne sommes pas contre une structuration nationale mais uniquement si elle s'appuie sur un socle transversal fort et de véritables organisations de producteurs".

Cécile Julien

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Albane et Sébastien ont ce "goût à traire"
"Que les jeunes n’aient pas peur de s’installer, c’est prenant mais il y a plein d’avantages !". Albane Le Gal et Sébastien…
Nouvelle convention collective nationale pour l’agriculture en 2021
À partir du 1er avril 2021, une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production…
Son foncier permet une installation et restructure deux exploitations
Producteur de lait à Poullan sur Mer (29), Jean-Claude Péron, 57 ans, souhaitait lever le pied. Après réflexion, il décide de…
Former 150 jeunes chaque année
Le groupe Lactalis investit dans l’apprentissage. Son centre de formation va ouvrir cette année. 150 jeunes y seraient formés…
Demain 10 000 ha de Leggo !
Dans le cadre de l'ambition française de développement de l'autonomie protéique, le grand ouest se fixe pour objectif de répondre…
Agriculture : bienvenue en 2030 !
L’année 2021, débute. Après une année particulière, qui aura marqué les esprits, mais aussi un tournant dans le monde agricole et…
Publicité