Aller au contenu principal

APLBL : les producteurs restent sur leur faim…

L’APLBL (association des producteurs de lait Pays de la Loire Bretagne Lactalis) a tenu son assemblée générale le 16 mars dernier à Rennes. Entre volontarisme des producteurs et attentisme de la part de l’entreprise Lactalis, difficile pour les éleveurs de se projeter sereinement.

Les intervenants de la table ronde : Claude Bonnet,président de l’Unell, Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL et Serge Moly,directeur des approvisionnements lait Lactalis.
Les intervenants de la table ronde : Claude Bonnet,président de l’Unell, Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL et Serge Moly,directeur des approvisionnements lait Lactalis.
© Terra

Les attentes des producteurs sont fortes aujourd’hui de voir se concrétiser rapidement les intentions positives, issues des États généraux de l’alimentation, en actions concrètes. Dans ce contexte, débattre de la question de : "Comment transformer ensemble les intentions pour créer et partager réellement la valeur au sein de la filière ?", était un sujet ambitieux de table ronde que les producteurs se sont donné. Car l’objectif central est bien celui de "redonner du sens à la filière laitière" insiste Fabrice Deshayes, président de l’APLBL. Le renforcement du maillon producteurs au travers du poids accordé aux OP (organisations de producteurs) / AOP (associations d’organisations de producteurs) en est un axe majeur. Serge Moly, directeur des approvisionnements lait Lactalis, a d’ailleurs souligné le rôle structurant des OP dans les échanges et travaux engagés à ce jour, en particulier sur la nouvelle formule de prix portée par l’Unell (union nationale des éleveurs livreurs Lactalis).

 

Réduire l'exposition aux marchés poudre et beurre

Pour autant, les sujets de clivage persistent et inquiètent les producteurs. Les propos tenus par Serge Moly n’ont pas été de nature à rassurer. Côté volumes, l’entreprise affiche toujours son souhait de réduire son exposition sur le marché du beurre/poudre par une réduction notoire de son volume contractuel global. Sans avancées actuelles sur de nouvelles modalités de gestion des volumes, le prisme "pas de volume / pas de prix" perdure. "On ne peut partager la valeur que si on la crée". Quand Serge Moly présente que "cela suppose de l’innovation, des investissements, et donc l’adhésion à un cahier des charges entraînant une compensation", les producteurs, quant à eux, en attendent une réelle plus-value et pas seulement cette compensation. "Nous sommes à un tournant concernant les attentes de la société. Ces attentes ont une valeur qui doit revenir à tous les maillons de la filière et pas uniquement se résumer à un accès au marché".

 

Compensation ou partage de valeur ?

C’est en ce sens, qu’aux yeux des producteurs, le socle de référence "France Terre de lait" doit avant toute autre démarche  contribuer à ramener de la valorisation sur le marché intérieur français. Cela doit nécessairement s’accompagner de la construction, somme toute normale, du prix du lait de l'amont vers l'aval, et tenant compte des coûts de production des producteurs. Sur la segmentation à proprement parler, "ces démarches ne doivent pas être imposées. Pour que cela fonctionne, les producteurs devront être acteurs dans la rédaction des cahiers des charges", précise Claude Bonnet, président de l’Unell. La future loi sur l’alimentation doit conforter la refondation de la filière. "L’État doit être l’arbitre, mais notre ministre est encore timide aujourd’hui sur le sujet" (en référence aux premières annonces sur le projet de loi post EGA), souligne Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL. La juste rémunération des producteurs doit permettre à l’ensemble de la filière d’avancer dans la création de valeur. L’APLBL contribuera pleinement à atteindre cet objectif indispensable.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Sangliers : un contrat entre chasseurs et agriculteurs

Lors d’un rendez-vous le 21 janvier, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a présenté à la secrétaire d’État à la…

Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Nolwenn et Glenn : bien occupés, bien investis, bien dans leurs bottes !
De belles charolaises, de la volaille Label Rouge, des pommes de terre, des légumes de conserve, du maraîchage et en vente…
Publicité