Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A la ferme de Kerlavic
Apprendre en s'amusant

Tous les mardis et jeudis de l'été, la ferme de Kerlavic a ouvert ses portes pour une visite guidée de 3 heures. Suivez le groupe !

Ce jeudi-là, après avoir visualisé un film d'une quinzaine de minutes sur la qualité de l'eau et l'importance des zones humides, ils sont une bonne trentaine à emboîter le pas d'Yves Briant, pour une visite de la ferme de Kerlavic. "Nous sommes venus en famille, explique ce trentenaire, accompagné de ses parents, sa soeur et une flopée d'enfants. Nous voulions passer l'après-midi avec les enfants et leur montrer de près une vache et une ferme".

Caresser un taureau

Et c'est parti pour trois heures de visite et de découvertes insolites. Après une première pause devant "la carte d'identité de Kerlavic", le temps d'apprendre la différence entre vache laitière et vache allaitante, le groupe prend la direction du hangar de stockage, pour faire le point sur l'alimentation des bovins. "L'ensilage, ça sent fort, prévient Dorothée, qui a pris sous son aile le groupe des enfants. Et, pendant qu'ils préparent le repas des taureaux, les adultes s'initient à la différence entre le foin et la paille et découvrent que, pour les vaches aussi, l'alimentation doit être équilibrée.
"Vous ne pourrez pas caresser les petits veaux, annonce Yves aux enfants, en se dirigeant vers l'étable. Leur maman les protège. Mais vous pourrez caresser des taureaux de 800 kilos". Incrédulité dans les rangs. Et pourtant ! C'est de bonne grâce que les jeunes bovins, sur le point de partir à l'abattoir, se laissent gratouiller la tête et viennent même en redemander, pour le plus grand bonheur des enfants, tandis que les parents prennent photo sur photo. Que de souvenirs en perspective !

Utiliser les orties ou le lierre

Mais c'est déjà l'heure de se diriger vers l'étable des vaches, pour un petit cours sur la traçabilité, la reproduction, l'insémination artificielle et l'intérêt d'un taureau "souffleur". Seules deux vaches y tuent le temps, l'une attendant de partir à l'abattoir, l'autre se refaisant une beauté en prévision du concours inter-régional Limousin de Nantes. Le groupe prend donc la direction des prés, le long du chemin de découverte. Et multiplie les pauses, le temps d'en apprendre plus sur l'intérêt des haies et des talus, mais aussi des orties ou du lierre, qui font partie intégrante de notre paysage ! "Au jardin, le purin d'orties peut servir à faire pousser les tomates. Et on peut fabriquer du liquide vaisselle en faisant bouillir 200 gr de lierre dans 2 litres d'eau".
Après 40 ans à la ferme de Kerlavic, Yves Briant est toujours aussi passionné par son métier et ne rate pas une occasion de partager son savoir, sur de multiples sujets. "Savez-vous que l'if, tout à la fois, tue et peut faire vivre", interroge-t-il, évoquant là sa toxicité pour le bétail mais aussi son utilisation dans les traitements contre le cancer. "Tout au long de la visite, j'essaie d'instaurer un dialogue avec les visiteurs, en les interrogeant, voire en les provoquant". Et le courant passe ! "Pour les accrocher, je pars de ce qu'ils connaissent. Les enfants mangent des céréales au petit-déjeuner ? Les taurillons aussi. Et, comme pour les humains, il faut d'abord les préparer avant de les consommer".

Semer de la phacélie au jardin

La visite se termine par un point sur les expérimentations menées à Kerlavic sur l'azote dans le sol. L'occasion pour Yves Briant d'inciter les jardiniers à implanter de la phacélie chez eux. "Elle va piéger les nitrates pendant l'hiver mais aussi travailler la terre à votre place : elle sera bien plus meuble au printemps. Et le froid de l'hiver va la détruire, contrairement aux autres couverts végétaux".
Les derniers échanges ont lieu en salle, autour d'un verre. "Nous pensions faire plaisir aux enfants, reconnaît ce papa. Et les grands en ont appris au moins autant".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité