Aller au contenu principal

Approvisionnement local et visite à la ferme

Mieux se connaître et poursuivre les échanges. Tel était l'objectif de cette rencontre à la ferme initiée lundi dernier à Pont-Scorff, 18 mois après la tenue du salon Proxim'Affaires de Lorient.

 

Le cercle s'est fait autour de Ronan Le Montagner. L'après midi, ce sera à Sylvie Guehenec, productrice de fromages à Languidic de détailler son parcours et ses productions pour cette journée consacrée à la thématique "froid". Ils sont près d'une quarantaine, bouchers, crêpiers, restaurateurs, y compris en collectivités et éleveurs à s'être donné rendez-vous sur cette ferme de Pont-scorff où sont élevées 80 mères en race blonde d'Aquitaine et la suite, ce depuis l'arrêt du lait en 2010.

Des attentes

"Je ne travaille pas avec cette race", campe d'emblée le boucher responsable du "Roi du bœuf" de Quéven, également présent sous les halles de Merville de Lorient. "La limousine est plus grasse, mais elle a plus de goût et c'est ce que demande notre clientèle. Nous devons être en haut de la gamme, c'est l'exigence du client. On cherche mais on est toujours là", commente-t-il. "Nous on veut savoir comment est fait le produit avant tout. Car ensuite on le partage avec le client, et c'est compliqué. Nous travaillons le produit avant le prix", situent les Le Corre de la crêperie du Scorff , installés depuis 2006 à Lorient. "On aimerait développer cette relation avec les producteurs, dénicher les bons produits, locaux, mais c'est très compliqué", poursuivent-ils. De son coté Nathalie Beauvais cheffe du Jardin Gourmand à Lorient l'explique, "je travaillais le filet de bœuf. Avec les petits bouchers, je déséquilibrais leur marché, avec un grossiste, je ne savais pas d'où venait la viande. J'ai donc arrêté car je n'arrive pas à trouver le producteur". De son coté, au collège de Quéven, l'équipe en cuisine ne cache pas son souhait de travailler avec des produits locaux, "c'est compliqué, j'y arrive, j'ai une petite marge de manœuvre mais j'ai un prix de revient à respecter. Tout ce qui est viande est soumissionné, j'aimerais plus de légumes mais où m'approvisionner en régularité ?", interroge Mme Sevenno.

Mieux y répondre

Identifier les freins, "les lever pour doper le volume d'échanges commerciaux des produits locaux. Il faut plus de relationnel entre les gens", estime Jean-Marc Le Clanche, producteur de lait à Guidel et président de la chambre d'agriculture du pays de Lorient. Favoriser les échanges, telle est donc l'ambition de cette journée en prolongation du forum Proxim'affaires initié par les trois chambres consulaires du pays de Lorient, "ce travail en commun  est désormais entré dans les mœurs" poursuit-il. Y compris chez les éleveurs au sein de l’association EBSB, éleveurs de bovins de sud Bretagne dont Ronan Le Montagner et Stéphane Guillonet font partie . "Nous nous sommes regroupés pour défendre nos intérêts et ils vont de pair avec ceux de la boucherie traditionnelle pour l'approvisionner régulièrement et en qualité". Difficulté ? "Nous avons plein de restaurants qui nous demandent des pièces au détail mais nous vendons des carcasses. Ce qui nous manque, c'est l'atelier derrière pour faire de la découpe", affirme t-il. N'était-ce pas l'un des objectifs de la relance départementale d'un abattoir de proximité ?

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

Des actions depuis 2001

Le 13 octobre 2014, en partenariat avec les élus du pays de Lorient, les 3 chambres consulaires (agriculture, métiers et artisanat et CCI) mettaient en place le premier rendez-vous d'affaires " proxim'Affaires " dédiés à la filière alimentaire locale sur le pays de Lorient. Une première dans le Morbihan qui avait rassemblé plus d'une soixantaine de producteurs, artisans , commerçants et collectivités. Un événement inscrit dans la charte de l'agriculture du pays de Lorient (créée en 2001) qui vise à protéger l'activité agricole avec promotion des productions (édition en 2009 du premier guide départemental des producteurs de pays de Lorient) et de leur consommation locale (2012 réalisation du diagnostic de l'approvisionnement des la restauration collective en produits locaux et création du catalogue des producteurs). L'occasion de poursuivre et entretenir cette dynamique "que nous travaillons depuis plus de 15 ans" pointe Jean-Marc Le Clanche,

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité