Aller au contenu principal

Arrêtons avec la montée en gamme et une vision caricaturale de l’agriculture

Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère
Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère
© FDSEA29

Le 29 novembre dernier, la Commission européenne a rendu publiques ses orientations pour la PAC d’après 2020. Celles-ci suscitent d’ores et déjà de nombreuses interrogations, tant sur le budget de la future PAC, sur un éventuel cofinancement du premier pilier, mais aussi sur le maintien du caractère commun de la politique agricole européenne. Les incertitudes liées au Brexit et aux élections européennes de 2019 pèsent également sur le calendrier de négociations. Boucler la négociation de la prochaine PAC en une année paraît assez improbable ! Alors même que la France n’a pas encore ratifié l’accord très sensible avec le Canada, l’Europe négocie des accords commerciaux à tour de bras avec le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay…), le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Australie… L’agriculture ne pèse souvent pas très lourd face à l’industrie et aux services. Ces accords, bien que très loin de nos champs finistériens, sont pourtant un véritable enjeu.

Peu de temps avant la communication de la Commission européenne, le Conseil régional de Bretagne avait dévoilé ses propositions. Ces dernières tendent à opposer une agriculture destinée à l’exportation et ne dégageant que "peu de valeur ajoutée", à une agriculture de proximité synonyme de haute qualité et rémunératrice. La diversité de l’agriculture bretonne est une force pour répondre à l’ensemble des demandes du consommateur, que ce soit sur le marché de proximité auprès de nos concitoyens, ou pour maintenir et conquérir des parts de marché à l’export. Arrêtons avec la "montée en gamme" qui, bien souvent, se cantonne à une vision caricaturale d’une agriculture et d’une alimentation locales, 100% bio, et même à des repas végétariens dans les cantines. Parlons plutôt de la capacité de l’agriculture et de l’agroalimentaire à s’adapter à l’ensemble des demandes du consommateur, fût-il à Brest, Paris, Dubaï ou Shanghai !

Le Conseil régional propose la mise en place d’aides couplées semi-contracycliques, considérant que les aides directes découplées sont un "gâchis d’argent public". Il proposerait une réduction drastique du budget de la PAC qu’il ne s’y prendrait pas mieux ! Pour le Conseil régional, l’échec de la PAC serait uniquement lié au découplage des aides. Il faudrait plutôt s’interroger sur les choix complexes opérés par la France lors de la dernière réforme de la PAC, sur la perte enregistrée par la Bretagne sur le retour du second pilier, sur l’absence de soutien à l’organisation des producteurs pourtant encouragée par l’Europe, mais aussi sur les distorsions de concurrence qui grèvent la compétitivité de l’agriculture française. Sans le soutien à une organisation des producteurs forte, il est illusoire de penser que les agriculteurs seront réellement en capacité de créer les conditions pour une meilleure rémunération, et de pérenniser leur activité.

Que l’on approuve ou non les propositions de la Commission européenne ou du Conseil régional de Bretagne, les enjeux sont immenses pour les agriculteurs bretons. L’Ouest n’aura d’autre choix que de porter à Paris, et encore plus à Bruxelles, une vision et des propositions concrètes pour la prochaine réforme de la PAC.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité