Aller au contenu principal

Maternité collective au Roc St André (56)
«Assurer notre approvisionnement en porcelets »

Assurer la qualité et quantité. Lassés par le niveau sanitaire aléatoire des porcelets qu'ils avaient de plus en plus de mal à trouver, 5 éleveurs morbihannais viennent de s'associer, créant une maternité collective au Roc St André. Choix techniques et les équipements sont Danois.

 

2 Gaec et 3 EARL. « Nous avons tous des petites unités d'engraissement avec d'autres productions », détaille Dominique Jehanno du Gaec des Tilleuls. Ce producteur de légumes est de Caudan, au sud ouest du département tout comme son tout jeune associé, Sylvain Hascoët, en première année d'installation en production porcine. Deux activités complémentaires « A la base, nous voulions garantir un approvisionnement en porcelet, l’inquiétude était là», résume Dominique pour qui « le maintien de ce patrimoine de droits à produire individuels» passe par cette solution collective. Et pour chacun des associés de la SCEA de la Planchette, une histoire d'exploitation différente.

 

Des exploitations différentes

Frédéric Daniel, installé en GAEC familial à Limerzel, en lait, porc et cultures, a pris en charge la partie engraissement de 900 places de l'exploitation. « Mes parents ont 12 ans à faire. Il y avait une nécessité d'évoluer, soit en fermant la porcherie, soit en investissant pour faire perdurer l'activité porcs. Elle ne prend pas beaucoup de temps. Elle permet de se diversifier et apporte une source azoté intéressante», poursuit ce jeune éleveur de 28 ans, élu à la tête de JA 56. Francis Le Gal, de l'EARL des Cyprès à Arzano, a attelé sa production laitière à un atelier d'engraissement de 447 places. L'importance du projet réside pour lui «dans le fait d'avoir des porcelets de la même origine avec une bonne qualité sanitaire». Et de raconter, «parfois j'ai eu jusqu'à 9 origines différentes, avec 9 microbismes...des fins de lots». Autant de sources de problèmes dont il souhaite se prémunir. Même analyse chez les deux autres associés, Géraldine et Pierrick installés à Moréac. Tout le département du Morbihan est ainsi représenté dans ce projet.

 

Un projet individuel qui devient collectif

Alors depuis 5 ans, le projet est dans les tuyaux. Pérenniser l'approvisionnement, tant en quantité qu'en qualité a donc conduit ces éleveurs individuels à franchir le cap du collectif, accompagnés par Jean François Petit du groupe Prestor. «Nous avons fait une approche individuelle pour chaque exploitation, en partenariat avec centre de gestion et banque. Tout a été mis a plat puis validé individuellement. C'est la condition pour qu'une maternité collective fonctionne sur le plan économique et humain» analyse t-il.

 

 

Choix techniques danois

Lors de cette porte ouverte organisée vendredi dernier, près de 250 personnes se seront déplacés pour découvrir les choix techniques et aménagements intérieurs pour lesquels les éleveurs ont choisi le savoir faire des danois Scove et Egebjerg. Les équipements de ces bâtiments constituent le seul exemple du genre en maternité collective sur le sol français. Un choix motivé par les économies d'énergies espérées. «Les danois travaillent en grands volumes, récupèrent la chaleur et ne chauffent gisoirs et nids à porcelets à 30 °. L'ambiance est à 21°. Nous avions deux anciens bâtiments avicoles qui sont des grands volumes. Cela correspondait», note Frédéric Daniel. Quant au nouveau bâtiment pour gestantes et verraterie, c'est le système de ventilation optimisé qui a convaincu les éleveurs.

 

Légende :

En Chiffres

 

2 anciens bâtiments avicoles ont été transformés en maternité pour 550 truies avec conduite en 10 bandes et sevrage à 21 jours. A terme, ce sont 15 600 porcelets qui devraient y voir le jour à l'année. Un troisième bâtiment, construit pour l'occasion, accueillera les gestantes en groupes conformément aux nouvelles normes bien être en vigueur fin 2012. 2,5 UTH sont prévues pour conduire cette maternité qui alimentera les élevages des 5 associées de la SCEA de la Planchette, adhérents du groupe Prestor.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité