Aller au contenu principal

"Attentes sociétales et évolution des pratiques d’élevage"

Le sujet est d’actualité. Pour en débattre, quatre étudiants en BTS productions animales ont décidé d’organiser une journée d’échanges, le 24 mars prochain au lycée la Touche de Ploërmel (56). Elle invitera à l’optimisme, car l’avenir de l’élevage, ils y croient.

Guillaume Moiziard, Lou Regnié-Padellec, Marine Morel et Adèle Salles ont concocté cette journée dédiée aux métiers de l’élevage sur la thématique des attentes sociétales.
Guillaume Moiziard, Lou Regnié-Padellec, Marine Morel et Adèle Salles ont concocté cette journée dédiée aux métiers de l’élevage sur la thématique des attentes sociétales.
© Terra

Le titre de l’invitation qu’ils lancent à tous les éleveurs donne le ton de ce que sera le 24 mars prochain : "l’élevage : un espace d’avenir pour les jeunes !". Ils n’en doutent pas Guillaume Moiziard, Lou Regnié-Padellec, Marine Morel et Adèle Salles. Et ils ont choisi, dans le cadre d’un PIC - projet à mener durant leurs études de BTS -, de s’attaquer au sujet du moment. "On en parle beaucoup. Les attentes sociétales et le bien-être animal dans les élevages, c’est un thème très intéressant et nos prof nous ont soutenus pour qu’on l’aborde", note Guillaume Moiziard, lauréat du trophée de meilleur pointeur en Normande au SIA en 2015, second sur le podium cette année en Prim’Holstein. Tous quatre sont investis, passionnés et ambitionnent de s’installer un jour comme éleveurs.

S'adapter, jusqu'où ?

"Les vidéos de l’association L214, ça remue, ça fait beaucoup de dégâts. Il y a le mouvement vegan... On voulait aborder cette thématique, le ressenti sociétal et les conséquences de ce mouvement qu’on voit prendre de l’ampleur. Qu’est-ce que cela impliquera demain dans les élevages ?". Et pour poser le débat, ils ont réalisé un micro-trottoir à Rennes dont les résultats seront présentés. "Les agriculteurs sont bien perçus à 90 %. Mais les images que les gens ont vues insinuent le doute", enchaîne Lou Regnié-Padellec. Tous quatre estiment que l’élevage ne manque pas d’avenir. "Il faudra s’adapter aux besoins et aux attentes de la société et puis communiquer sur ce qu’on fait, montrer aussi, c’est essentiel", estiment ces étudiants qui proposent cette journée complète de réflexion. De nombreuses interventions sont prévues de 10h à 16h pour débattre du sujet. Pas moins de huit participants interviendront, dont l’agro-économiste Jean-Marie Séronie et des ingénieurs spécialistes en production porcine, représentants de groupements et de la grande distribution..., sans oublier l’invitation au repas du midi pour tous.

 

Contact : pour la réservation, mmorel@lycee-latouche.fr

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité