Aller au contenu principal

Forum des métiers à Grand Champ
"Autorisez vous l'agriculture"

1250 visiteurs ont foulé le troisième salon des métiers de l'agriculture initié par la profession pour susciter des vocations dans ce secteur qui recrute mais peine à le faire savoir. L'occasion pour beaucoup de découvrir des métiers où la passion rivalise avec technicité.

 

 

Damien, 14 ans et quelques mois ne reprendra pas le car qui ramène vers Questembert deux classes de collégiens de 4 ème et 3 ème. Il est venu avec son père, un peu isolé de la cohorte des groupes scolaires qui, de plus en plus nombreux, arpentent les espaces de ce salon dédié aux métiers de l'agriculture. Organisé par pôles, permettant de cheminer parmi les organismes qui offrent une formation, ceux qui ont trait à l'emploi, avoir un panorama de tous les métiers et enfin de l'installation, ce salon fait la part belle aux témoignages au travers de conférences ou de visites d'exploitations. Dans la salle B, archi comble, Damien écoute et fait le parallèle avec son aspiration. "Depuis toujours j'ai ça en moi, l'agriculture m'intéresse mais je ne sais pas exactement comment m'orienter", avoue ce collégien, plutôt bon élève qui n'a pas envie de raccrocher trop tôt son tablier d'écolier. "Nous venons prendre des renseignements sur les formations mais aussi les métiers, c'est pratique parce que toutes les infos sont sur un même site, on y consacre une demie journée et on repartira ce soir avec une foule d'infos pour Damien" explique Thierry, son père, cadre administratif, encore, surpris des itinéraires et des gens qui témoignent dans les espaces ateliers. "L'image que je me faisais du salarié en agriculture est complètement bouleversée. Cela semble  très technique, très ouvert et manifestement avec des possibilités pour  des gens ayant un bon niveau de formation, pas que de la main d'œuvre" commente t-il.

 

Des métiers agricoles qui recrutent

Plus loin dans les allées, les entreprises reprennent le message portant la promotion des métiers qu'elles offrent. "Bien sûr, il y a tous les métiers de la production agricole que ce soit en élevage, en culture ou en machinisme, mais les jeunes ne savent pas qu'il y a aussi les métiers du paysage et que nous recrutons des jeunes qui peuvent se former à ces métiers de services en plein développement" note Norbert Mathevet, paysagiste, membre de l'UNion des Entreprises du Paysage depuis le stand de l'UNEP. Car si les poids lourds des offres d'emploi en agriculture, à l'échelle de la Bretagne demeurent le maraîchage (36 % des offres), suivi par l'élevage porcin (20 %) et l'élevage bovin (19 %),  rivalisent à parts égales grandes cultures et Paysage-Jardin et Espace verts (6%) dans les offres proposées en Bretagne l'an passé (voir camemberts). Le secteur agricole recrute donc. Il n'était pour s'en convaincre que de parcourir le mur d'offres d'emplois proposées à la vue des visiteurs, vendredi dernier. "Nous en avons 34 aujourd'hui  pour le Morbihan, nous en avons eu 2038 Pour toute la Bretagne en 2008", commente Marylène Le Berrigaud de l'Association Emploi Formation qui répond aux questions de nombreux demandeurs d'emplois venus en groupe avec leur mission locale. "Le secteur intéresse, les gens sont surpris d'apprendre qu'ils peuvent bénéficier d'une formation qualifiante qui débouche sur un CDD", commente la jeune femme. Le secteur agricole doit donc faire savoir qu'il recrute. Il s'est attaché à faire durant tout ce forum laissant aussi une grande part aux témoignages de chefs d'exploitation, salariés ou jeunes installés. Battant aussi en brèche les clichés qui veulent que ce monde très masculin laisse peu de place aux femmes.

 

Ouverts à toutes et tous

Contre exemple avec Ana Maria Dos Santos, qui a 34 ans est à la tête d'une porcherie de 350 truies naisseur engraisseur sur 95 ha avec deux salariés. Et Ana Maria tient à le faire savoir, elle qui témoigne depuis l'année dernière sur ce salon. "Parce que les femmes peuvent prendre leur  place dans l'agriculture", explique t-elle simplement devant une salle toute ouie. Et pour preuve, elle vient de recruter en CDI, sa responsable de maternité qui, grâce au salon, s'est orientée il y a deux ans vers l'agriculture. Même discours volontaire chez Sonia Shallon, salarié en élevage laitier. "J'ai approché ma première vache en 1ère année de BTS, j'avais une bonne théorie". Son premier stage, à Solutis emploi, lui a permis de renforcer sa pratique, "j'ai continué avec eux par une formation de trois mois et maintenant je suis salariée sur un élevage laitier, j'adore ça, les tracteurs, je les conduis tous", lance t-elle à la salle dans un grand sourire. Ni issues du milieu agricole, ni hommes, Ana Maria et Sonia ont fait leur place en agriculture. Une place plutôt agréable reconnaît Sonia. "Je prends mon boulot à 9h et si j'arrive à 8h30, c'est pour prendre le café, j'ai beaucoup de chance pour mes horaires, je suis à 35 h et je travaille un week-end sur trois, je travaille chez deux employeurs".

Non issu du giron agricole, non formé initialement pour l'agriculture, Jérôme Le Tadic y est pourtant devenu porcher depuis 1997, armé d'une licence de psychologie. Ce,  grâce à l'apprentissage. "Je suis responsable d'atelier porcin depuis maintenant 1997". Sa motivation essentielle : "les chiffres, les résultats et le suivi technique, en fait avoir les meilleurs résultats". Et les salaires affichés par les témoins n'ont rien à envier aux autres secteurs à qualification égale et avantages compris grâce au Cossa "un très gros comité d'entreprise", relève Jérôme, "j'ai la passion de ce métier, qui est un métier comme un autre". "Mieux qu'un autre, renchérit Sonia, parce qu'on travaille avec le vivant et ça !"

 

111 installations aidées sur 200

 

Et si le secteur agricole recrute des salariés pour faire face au non renouvellement des générations et à l'agrandissement des structures, il offre encore la part belle à la création d'entreprise et à l'installation de jeunes agriculteurs. 200 l'an passé ont franchi ce cap dont 111 aidés avec un nouveau parcours à l'installation qui lui aussi permet du "sur mesure". La profession l'a bien rappelé lors de ce salon au travers des interventions prises en charge par les Jeunes agriculteurs qui ont fait de ce dossier leur cheval de bataille récompensant le Lycée La Touche, Lauréat du concours des dossiers à l'installation présenté en lice avec les lycées Kerlebost et l’Issat de Redon.

 

Claire Le Clève

 

 

 

 

Des offres

 

1)      En production

En 2008 le secteur de la production agricole a généré 2038 offres d'emplois gérés par les ANPE et AEF

Répartition des offres d'emplois en production agricole en 2008 en Bretagne (AEF Bretagne

 

1 % autres élevages

2 % Aviculture3 % Plusieurs élevages

5 % Paysage jardin

6 % Grandes cultures

8 % Arboriculture

20 % Elevage bovin lait/ bovin viande

21 % Elevage porcin

37 % Maraîchage

 

2) Dans les services liés à l'agriculture

L'agrofourniture est le secteur où les offres sont majoritaires

1641 Offres ont été gérées par l'APECITA Bretagne l'an passé  en matière de services

 

3 % Paysage environnement

7 % Production agricole

9 % Divers (banque, enseignement, service, journalisme…)

9 % Commerce distribution

13 % Organisations professionnelles

26 % Industries agroalimentaires

32 % Agrofourniture (postes de technico commerciaux)

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Sangliers : un contrat entre chasseurs et agriculteurs

Lors d’un rendez-vous le 21 janvier, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a présenté à la secrétaire d’État à la…

Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Nolwenn et Glenn : bien occupés, bien investis, bien dans leurs bottes !
De belles charolaises, de la volaille Label Rouge, des pommes de terre, des légumes de conserve, du maraîchage et en vente…
Publicité