Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Economiser l'énergie en aviculture
Avec échangeurs pour une meilleure ambiance

Avec trois échangeurs thermiques dans son bâtiment récent de volaille de chair, Stéphane Dahirel à Lanouée a réduit de près de 50 % sa consommation de gaz et amélioré l'ambiance. Des équipements présentés mercredi lors de la première porte ouverte d'une série organisée par les Chambre d'agriculture et l'Itavi sur la réduction de la facture énergétique en aviculture.

Stéphane Dahirel présente ses échangeurs de marque Systel installés en extérieur bien intégrés au bâtiment.
Stéphane Dahirel présente ses échangeurs de marque Systel installés en extérieur bien intégrés au bâtiment.
© claire Le Clève

 

"On ne met pas ce type de récupérateur thermique sur une vielle passoire, le bâtiment doit être étanche et isolé", pose d'emblée le maître des lieux, président du groupement Gaevol. Avec son épouse, Marie Astrid et un salarié, Stéphane Dahirel fait valoir à Lanouée (56), 5 bâtiments en volailles de chair, dont le plus récent, reconstruit il y a 6 ans, est équipé depuis avril dernier de trois échangeurs thermiques. Ne voulant pas changer son système a gaz, l'éleveur a opté pour cette solution lui revenant à 12 euros du M2. "Depuis, sur ce bâtiment dynamique de 1500 M2, nous avons fait trois lots de poulets lourds et consommé 1, 7 Tonne de propane. 38 % sont liés au préchauffage, c'est un taux incompressible -note l'éleveur. Nous avons fait une économie au bas mot de 50 % de gaz par rapport aux résultats précédents, sans être radin sur le chauffage", se réjouit l'aviculteur. Une fois le lot démarré, au bout de 10 jours, "il n'y a plus de consommation de propane". Une économie substantielle qui devra être confirmée sur la période hivernale plus gourmande en énergie. Coté ambiance, l'amélioration est nette également, "je n'ai plus ces problèmes d'humidité à chaque jointure de ligne, je travaille avec 2 degrés supplémentaires et on a une hygrométrie plus faible. Je ne serais pas étonné de voir mes indices de consommation améliorés", relève Stéphane Dahirel.

 

Chauffage = 30 % des charges variables

Reste que le poste chauffage pèse. "30 % des charges variables en volaille de chair lui sont imputables" note Christian Delabrosse, du pôle aviculture des chambres d'agriculture de Bretagne. "Le gaz, c'est 10 % de notre marge poussin-aliment", renchérit Jean Michel Choquet, président du Cravi. Un sujet d'autant plus actuel que se profilent des contributions énergie-climat.  "Si on nous applique bientôt la taxe carbone, autant ne pas trop en dépenser",  poursuit Jean Michel Choquet pour qui l'utilité de l'investissement ne fait pas l'ombre d'un doute. Alors autant en profiter, surtout que le Contrat de Projet Etat Région (CPER) prévoit une enveloppe d'aide de 40% (plafonné à 6000 euros) et le PPE, Plan de Performance Energétique, 40% d'un investissement maximum de 40 000 euros. Quant au retour sur investissement, "il devrait être de moins de 5 ans, avec les subventions", relève l'éleveur qui songe rapidement à équiper ses autres bâtiments après que l'isolation et l'étanchéité en aient été renforcées.

Claire Le Clève

 

Légende : Stéphane Dahirel présente ses échangeurs de marque Systel installés en extérieur bien intégrés au bâtiment.

 

Accroche : Dans le bâtiment du couple Dahirel,  il faut renouveler 15 000 M3 par heure. "En préchauffage on ventile au minium. Je me suis équipé d'un petit boîtier que je porte à la ceinture pour détecter le taux de Monoxyde. 150 euros, c'est rien et ça peu sauver une vie"

 

encadrés

Comment ça marche ?

Le principe est basé sur le transfert de calories par convection. L'air chaud vicié, extrait du bâtiment  et l'air frais extérieur, traversent un échangeur à flux avec plaques, sans se croiser. Là se fait l'échange de thermies. 

 

Portes ouvertes

De 14 h à 17 h

Le 4 novembre à Parigné (35)

Dominique Laizé à la Ville Bedon présentera une chaudière à bois sur son exploitation en vaches laitière et volailles de chair (1800 M2). IL l'utilise depuis 2 ans pour chauffer ses poulaillers et son habitation.

Le 10 novembre  à Plogonnec (29)

Daniel Coadou avec ses 2400 M2 de poulets et ses vaches laitières a accepté d'être éleveur pilote et de tester un prototype d'échangeur de chaleur pendant un an.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Vignette
Dans l’Orne, une nouvelle attaque d’élevage suscite la colère de la profession agricole

Un incendie criminel a ravagé trois bâtiments d’un élevage de poulets de l’Orne, dans la nuit du 16 au 17 septembre. Si l’…

Vignette
Ressources humaines : un volet à cultiver avec soin !
La main d'oeuvre disponible sur le marché de l'emploi se fait rare. Un constat que partagent agriculteurs et services de…
Vignette
L'agriculture de conservation des sols, une troisième voie ?
Alors que le rapport spécial du Giec publié début août réaffirme l'étroite relation entre agriculture, état des sols, sécurité…
Vignette
Pas de glyphosate détectable dans leurs urines
Tous sont utilisateurs de glyphosate. En réponse aux pisseurs volontaires, vingt agriculteurs de la FDSEA du Morbihan ont fait…
Vignette
L'enjeu environnemental et climatique au cœur du Space 2019
La 33e édition du Space, qui se clôture ce vendredi a été fidèle à ses fondamentaux. Le salon est bien le temps fort…
Vignette
Chauffer un poulailler par géothermie pour économiser des euros et des kg de CO2
Si l’ambiance des poulaillers les plus récents est bien maîtrisée même en période de forte chaleur, l’alimentation des volailles…
Publicité