Aller au contenu principal

Né de la fusion de LT, PBO et Pigalys
Aveltis sur les rails

Après les assemblées générales des groupements de producteurs de porcs LT, PBO et Pigalys, Aveltis a été lancé le 25 juin dernier, à Carhaix (29).

De gauche à droite : Christophe Bèle, directeur général d'Aveltis, Michel Tanné, vice-président, Fortuné le Calvé, président, Bernard Chrétien, vice-président, et Thierry Lambert, président de Terrena porcs.
De gauche à droite : Christophe Bèle, directeur général d'Aveltis, Michel Tanné, vice-président, Fortuné le Calvé, président, Bernard Chrétien, vice-président, et Thierry Lambert, président de Terrena porcs.
© terra

"Ce qui paraissait impossible il y a 10 ou 5 ans est devenu réalité", se félicite Henri Le Gléau, vice-président de Pigalys. "Depuis 1970, le nombre d'éleveurs de porcs a été divisé par 10, rappelle Michel Tanné, président de LT. Il fallait nous réorganiser, afin d'offrir un service de qualité à l'adhérent, à un coût maîtrisé". "Cette fusion marque un tournant de notre histoire, renchérit Bernard Chrétien, président de PBO. Nous avons rejoint Initia en 2003. Nous avons compris qu'il fallait aller plus loin. Et eu envie de le faire".

Numéro 2

Engagée en 2008, la réflexion autour d'un rapprochement des trois groupements de producteurs LT, PBO et Pigalys, a abouti le 25 juin dernier, à la fusion et à la création d'Aveltis qui, avec 900 adhérents et 3 millions de porcs vendus, devient n°2 français.

"Notre vocation première est d'agir en faveur de la rentabilité économique de nos éleveurs", affirme Fortuné Le Calvé, le président d'Aveltis. Une mission qui se décline en deux objectifs principaux : être acteur de la fixation du prix au MPB, d'abord. "40% de nos porcs prennent le chemin du cadran, toutes les semaines, rappelle Michel Tanné. Et Aveltis représente 40% des apports du MPB". Et être leader du prix de revient, par la technique et les achats.

Aveltis

en quelques chiffres

- 900 adhérents sur le Grand Ouest,

- dont 650 naisseurs engraisseurs,

- 140 000 truies en production,

- plus de 3millions de porcs charcutiers produits par an,

- commercialisés à 28% à Bigard Socopa, 21% Kermené, 20% groupe Bernard, 15% Gad...,

- un chiffre d'affaires de près de 400 millions d'euros.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Mon vœu pour 2022

"Adieu veau, vache, cochon, couvée", c’est ainsi que pourrait se résumer le bilan de l’année qui s’achève. Les…

Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
Publicité