Aller au contenu principal

Aviculture : 4 000 emplois menacés sur la filière export bretonne

Le collectif avicole français a tiré la sonnette d'alarme mercredi 24 juillet dernier, lors d'une conférence de presse. Sans restitutions ou autres accompagnements financiers, ce sont 4 000 emplois directs qui sont menacés à court terme.

 

 

Le collectif avicole français appelle à "une prise de conscience urgente du dossier et demande aux pouvoirs politiques des actions réelles et efficaces". Jean-Michel Choquet, éleveur et président du Comité régional avicole va même plus loin. Pour lui, "nous sommes sur un marché en croissance mais si on n'est pas aidé pendant les
18 mois qui viennent, on va tous disparaître!" Sélection, accouvage, aliments, éleveurs, abattoirs, mais aussi transport et activité portuaire à Brest, le collectif a fait son calcul : ce sont 4 055 emplois directs qui sont liés exclusivement au maintien de la filière export du grand Ouest, dont 1 850 pour les abattoirs Doux et Tilly Sabco. "L'arrêt des restitutions équivaut à la condamnation à très court terme de ces 4 000 emplois, mais aussi fragilisera nombre d'autres emplois au sein des entreprises mixte marché export et marché métropolitain, entraînant de nouvelles pertes de compétitivité", ajoute Pascale Madec, coordinatrice du collectif. La solution ? "Il faut que la filière, jusqu'au 1er janvier 2015, au travers de ses abattoirs historiques, puisse conserver un niveau de restitutions de l'ordre de 6 millions d'euros mensuel, soit 30 à 40 % de moins  que ce que coûterait à l'État français la mise au chômage de ces
4 000 personnes".

 

 

Le secteur de l'accouvage en première ligne

Les impacts de l'annulation des restitutions se fait déjà sentir. Tilly Sabco a d'ores et déjà annoncé l'arrêt de mises en place et première conséquence, le secteur de l'accouvage en première ligne, subit une diminution du nombre d'oeufs mis en incubation, une destruction des oeufs qui auraient dû être incubés et une réforme anticipée de poules reproductrices. A compter de la mi août, ce sont les élevages qui seront à leur tour touchés, tout comme les fabricants d'aliments et l'activité des prestataires. Enfin, après la mi septembre ce sont les activités d'abattage et portuaires qui subiront un ralentissement de leurs activités... jusqu'à un arrêt progressif ?

Pour mémoire, le collectif avicole français est né en février dernier et regroupe éleveurs, organisations de producteurs, fabricant d'alimentation animale, sélectionneurs, couvoirs et l'ensemble des métiers directement ou indirectement impliqués dans la filière volaille. Né sous l'impulsion d'une initiative du grand Ouest, le collectif rassemble l'ensemble des productions de volailles.


Rencontres au ministère

Jeudi dernier, le ministre de l'agriculture a reçu les industriels bretons et déclarait :"cela fait plus d'un an que l'on se bat pour éviter cette décision (...) Mais on ne peut pas dire que ce soit une surprise". Un discours qui n'a pas convaincu les acteurs de la filière. Une autre rencontre était prévue ce mercredi avec l'amont afin de trouver des leviers mobilisables. A l'heure où nous mettions sous presse, le résultat de ces échanges n'étaient pas communiqués.

Arnaud Marlet

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Choucas des tours : que faire pour limiter les dégâts à l’agriculture ?
Cette année encore, les dégâts de choucas des tours sur les semis de maïs sont nombreux. Et les agriculteurs des environs de…
Publicité