Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

BCEL Ouest : dix rencontres pour mieux gérer l'herbe au printemps

De mi-mai à début juillet, BCEL Ouest propose à ses éleveurs la quatrième édition des rencontres nutrition de printemps. Axées sur l'herbe, pâturée, fauchée ou apportée en vert à l'auge, elles permettent d'échanger sur les pratiques des uns et des autres et de se remettre en mémoire quelques chiffres ou dates clés.

"Elle sont sorties à l'herbe en juin 2018 et ont passé tout l'hiver dehors". La première rencontre nutrition de printemps de BCEL Ouest a eu lieu le 21 mai dernier au Gaec de Porz Nevez. L'occasion pour François Prigent, installé avec sa sœur Nadine à Lanildut (29), de détailler l'élevage des génisses. "Aujourd'hui, le plus souvent, il n'y a plus de mise à l'herbe pour les génisses de première année, constate Johann Cariou. C'est pourtant un levier pour réduire le coût du renouvellement". Et le conseiller technique nutrition et génisses de BCEL Ouest de rappeler que les veaux peuvent être sortis fin mai début juin, "à condition d'accompagner leur premier mois à l'herbe par un peu de concentré".

En première comme en seconde année de pâturage, l'idéal est de prévoir un pâturage tournant de 4 à 6 paddocks, dans lesquels les génisses restent de 7 à 10 jours. "C'est moins de travail que le fil avant. Et ça permet de gérer le parasitisme de façon satisfaisante".

Récolter une herbe de qualité
En pleine saison des ensilages d'herbe, ces rencontres nutrition de printemps sont aussi l'occasion de rappeler quelques points de vigilance. "On estime que la moitié de l'herbe récoltée, en ensilage ou en enrubannage, ne convient ni aux vaches ni même aux génisses qui, au moment de l'IA, ont besoin d'un fourrage à 14 de MAT", rappelle Johann Cariou. La solution ? "Faire très attention au stade de l'herbe au moment de la fauche. Et ne pas couper trop bas : en-dessous de 6 à 7 cm, on perd un point de MAT par centimètre et on pénalise la repousse".


Un pâturage efficace
Si le fil avant, gourmand en temps, ne séduit plus beaucoup d'éleveurs, le full graze, lui, entraîne une diminution de la production d'herbe de l'ordre de 20 à 30 %. Le pâturage tournant est un bon compromis, à condition de prendre quelques précautions. "Il faut prévoir 1 are par vache laitière et par jour pour un paddock jour-nuit, 0,65 are pour les paddocks de jour, 0,35 pour ceux de nuit", indique Anaïs Gambert. Des paddocks le plus carré possible, pour limiter le gaspillage. Et sur lesquels les vaches ne restent, dans l'idéal, pas plus de deux jours. "S'ils sont plus grands, il ne faut pas hésiter à les couper".
Même si l'hiver dernier a été clément, "il faut garder une période de repos des prairies de deux mois, rappelle la conseillère en élevage à BCEL Ouest. Sinon, la production s'en ressent". À condition que la météo le permette, la mise à l'herbe doit se faire tôt en saison, de façon à assurer un déprimage précoce des parcelles. "Et le premier tour doit être rapide, pour s'achever fin mars à mi-avril".


La parcelle du dimanche
Ces rencontres permettent aussi de découvrir les pratiques de l'exploitation qui accueille le groupe. Ainsi, au Gaec de Porz Névez, une parcelle d'herbe, à proximité du bâtiment, est dédiée au pâturage du dimanche. "L'apprenti, aussi, a un tour de garde, explique Nadine Prigent. On ne veut pas lui compliquer la vie... ni la nôtre !" Ce qui nécessite parfois, en fin de saison, de pratiquer un topping, quand l'herbe n'est plus au top de la qualité. Une décision qu'elle prend en échangeant avec Anaïs, sa conseillère d'élevage. "L'appui-conseil est une aide à la décision. Nous faisons le tour des parcelles. Avec 30 ares par vache, on a vite fait d'être débordé... ou trop court, par moments".

Les prochaines rencontres nutrition de printemps
Le 4 juin au Gaec Guillemot Dubois, Bas Trio, à Ruffiac (56)
Le 4 juin à l'EARL Baraber, Magoarem, Kergloff (29)
Le 6 juin au Gaec de Coat Sec'h, Plonévez Moëdec (22)
Le 13 juin à l'EARL de Kertudio, Plélo (22)
Le 14 juin au Gaec de la Tourbe, 4 Penker, Moustéru (22)
Le 20 juin chez Fabrice Marchadour, Kerivoal, Plomodiern (29)
Le 4 juillet au Gaec des deux villages, Le Vot, Merdrignac (22)

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Sarah Le Quer, installée à 24 ans
En octobre 2017, à 24 ans, Sarah Le Quer rejoint l’exploitation laitière familiale et s’associe avec son père. Un choix pesé,…
L’exosquelette entre en salle de traite
À la ferme expérimentale de La Blanche-Maison à Pont-Hébert dans la Manche, on teste depuis le 25 octobre l’exosquelette, un…
"Nous allons passer ce cap difficile, développer notre stratégie, accompagner l'agriculture"
Quelques jours après une grève des salariés qui a marqué les esprits, et à quelques jours des sessions chambre départementales,…
Vignette
Maïs grain, semis de céréales : la pluie retarde les chantiers
Si la pluviométrie record du mois d'octobre n'a pas trop affecté les chantiers d'ensilage de maïs, la récolte du maïs grain et…
"Notre métier, c’est de cultiver le sol, un sol biologiquement plus actif"
Régénérer le sol pour doper sa fertilité est la clé de l’agriculture dite de conservation. Toute une semaine lui était consacrée…
Au concours des Miss, Karen défend la place des femmes en agriculture
Lancé en 2013, le concours Miss France agricole veut promouvoir les femmes et les hommes qui font et feront l'agriculture de…
Publicité