Aller au contenu principal

Bien manger, mieux produire

C'est en se penchant sur l'évolution de l'agriculture depuis les années 60 que l'Ecomusée du pays de Rennes et la chambre d'agriculture nous donnent des clés pour imaginer les modèles de production de demain.

Dans le cadre de l'exposition "le grand espoir", à l'Ecomusée du pays de Rennes, la chambre d'agriculture invite des grands témoins à poser leur regard sur ces années 60. Samedi 4 février, aux Champs libres de Rennes, c'est autour de "bien manger, mieux produire" que la réflexion s'est construite. Des changements depuis les années 60, Joseph Guénanten en a vu. Celui qui a été responsable professionnel et à l'origine de la CAM s'est installé dans les années 60 près de Vannes. "C'était une période charnière, l'Etat nous avait donné le challenge de nourrir les gens pour pas cher", retrace l'ancien responsable. Pour le relever et permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur métier, la jeune génération relève ses manches, se forme avec la JAC et met en place toute une stratégie de développement. "Dans notre région, la modernisation passait par le foncier, se souvient Joseph Guénanten. On s'est donc battu pour avoir une véritable politique foncier. Pour s'en sortir sur de petites surfaces, il nous a fallu grandir en "hauteur", avec l'intensification de la production laitière, les productions hors sols". A cette époque, les producteurs étaient bien loin de se douter que, un jour, la gestion des déjections deviendrait problématique. "On en a pris conscience dans les années 70; se souvient Joseph Guénanten. Avant le fumier, c'était une richesse. Nourrir la population à bas coût a eu le revers du productivisme". Les années 80 verront arriver la surproduction et la nécessité de produire autrement. "Aujourd'hui, il y a une multitude de modèles et on n'a jamais aussi sainement mangé", apprécie l'ancien agriculteur. Et d'espérer une nouvelle alliance entre l'agriculture et la société.

 

Alliance agriculture et société

Pour y arriver, enchaine Patrice Lepage, conseiller à la FAO, il faut retrouver un intérêt pour les questions agricoles, y compris dans les pays du Sud. Il est également temps que les consommateurs retrouvent du goût pour la façon dont sont produits leurs aliments. Pour les agriculteurs, c'est le lien au sol qu'il faut cultiver. "Pour arriver à nourrir 9 milliards de personnes, on doit prendre en compte le sol, souligne Patrice Lepage. D'autant plus que les agriculteurs exercent une activité privée sur le patrimoine commun qu'est le sol". Un patrimoine qui abrite 80% de la biodiversité.

Les deux intervenants se retrouvent sur le nécessaire lien à retrouver entre agriculteurs et société. "Quand on mange, on fait un choix politique", souligne Patrice Lepage. Un choix qui évolue au fil des années, selon les attentes de chacun, en fonction des préoccupations du moment.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité