Aller au contenu principal

Bien préparer et anticiper son installation, un gage de réussite

Comment estimer le coût de reprise d'une exploitation ? Comment aborder les potentiels cédants ? Comment estimer la charge de travail ? Autant de questions abordées jeudi 3 novembre à Melesse, lors d'une soirée organisée par les Jeunes agriculteurs d'Ille-et-Vilaine.

Parce qu'une installation bien préparée et anticipée est souvent un gage de réussite, les Jeunes agriculteurs d'Ille-et-Vilaine avaient décidé d'organiser dans le cadre de l'opération "Demain Je m'installe", une soirée d'échanges sur la commune de Melesse. C'est avec la question économique que la soirée a débuté. Ainsi, quels sont les éléments à prendre en compte dans la construction d'un prix de reprise d'exploitation ? Il y a bien sûr l'humain, mais aussi le foncier, les bâtiments, l'habitation, le matériel, le cheptel, les cultures, et enfin l'aspect réglementaire. "L'exploitation idéale n'existe pas, il faudra donc faire des compromis", a expliqué Gabriel Bobon, du service entreprise de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine. Et d'ajouter : "Quand on construit un prix, on part sur une valeur comptable, patrimoniale ou économique et chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients". Quoiqu'il en soit, faire une offre, c'est faire des choix et plus qu'un prix c'est la raison de ce prix qui est importante et l'argumentation qui l'accompagne.

Autre sujet évoqué lors de cette soirée, la façon d'aborder un potentiel cédant. "Osez aller sur le terrain de la dimension humaine en ayant une relation d'égal à égal", conseille Gabriel Bobon aux jeunes. Le tour de l'exploitation est également un moment privilégié pour découvrir ses attentes et installer une relation de confiance. "Et en cas d'installation sociétaire, n'oubliez personne car votre installation remettra forcément en cause l'ordre établi dans les pratiques", prévient encore le conseiller de la chambre d'agriculture.

Anticiper la charge de travail

Pour Gwenaelle Guillet, conseillère prévention à la MSA des Portes de Bretagne, il est aussi nécessaire d'anticiper la charge de travail à l'installation. "Se dire : je suis jeune, je suis passionné, je m'installe à tout prix, c'est aller droit dans le mur !", prévient la conseillère. Ainsi, attention à ne pas s'épuiser les premières années, car il n'y a pas pire pour "vieillir" plus vite. "Souvent, ce sont les personnes les plus robustes que l'on retrouve les plus "abîmées", quelques années plus tard", confirme Gwenaelle Guillet. Au démarrage de l'activité, il faut donc bien se connaître pour pouvoir faire face aux difficultés. Les aspects économiques et santé sont indissociables et fonctionnent l'un avec l'autre. D'où la nécessité d'anticiper et de bien estimer sa charge de travail physique et mentale pour qu'elle soit compatible avec sa santé. "Chacun trouvera ses solutions s'il se pose les bonnes questions et garde des marges de manœuvre, car le temps de travail est bien souvent sous-estimé. Enfin, pensez à vous organiser pour que le travail puisse être réalisable par quelqu'un d'autre si un jour vous en avez besoin", conclut la conseillère en prévention.

 

Il a dit

Sébastien Cerclé, agriculteur en production laitière / Après avoir été inséminateur, je me suis installé en 2003 avec ma mère au départ de mon père. Mon épouse est arrivée ensuite sur l'exploitation avec une reprise, et nous sommes passés à 540 000 l de lait et 70 hectares. Nous avions également deux salariés qui s'occupaient plus spécifiquement d'un élevage de bisons que nous avons conservé... jusqu'en 2011. En effet, si les salariés sont présents la semaine, il fallait que l'on s'occupe de l'élevage de bisons les week-ends, une charge de travail importante à effectuer en plus de ce que l'on avait déjà. On a donc décidé d'arrêter les bisons pour se consacrer à la production laitière et retrouver plus de temps libre. Pour l'organisation du travail, on est en Cuma intégrale et on a une automotrice qui nourrit les animaux. S'associer avec son épouse, c'est très bien, mais il faut bien anticiper le travail et les évolutions possibles, car le jour où on a des enfants par exemple, cela remet en cause l'organisation. Pour moi, il ne faut pas hésiter à s'organiser pour avoir du temps libre, profiter de ses enfants, et optimiser le temps de travail à l'échelle humaine.
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité