Aller au contenu principal

FIÈVRE CATARRHALE
Bientôt la vaccination

A l'heure où la France approche des 14 000 cas de FCO, les possibilités de vaccination se concrétisent enfin. Face à une quantité limitée de vaccins, c'est vers les zones fortement infestées du Nord et de l'Est que les efforts devraient se concentrer.

Il y aura des vaccins, mais pas pour tout le monde dans l'immédiat.
Il y aura des vaccins, mais pas pour tout le monde dans l'immédiat.
© B. Griffoul. Réussir

La lutte contre la fièvre catarrhale ovine progresse, notamment grâce à l'arrivée de la vaccination. Fin décembre, l'AFSSA a accordé une autorisation temporaire d'utilisation(1) à un vaccin contre le sérotype 8 de la fièvre catarrhale. Ce vaccin, produit par le laboratoire Intervet – Schering Plough, pourra être utilisé sur les bovins et les ovins. Deux autres laboratoires, Fort Dodge et Merial, travaillent toujours à la mise au point de leur propre vaccin sur ce même sérotype.
Le ministère de l'Agriculture avait, dès octobre, lancé un appel d'offre pour la production de 33 millions de doses afin de protéger les 20 millions de bovins, 8,9 millions d'ovins et 1,2 million de caprins. Pour cette année, il semble peu probable que l'industrie pharmaceutique arrive à en produire suffisamment. "La mise en place d'une chaîne de production est compliquée, les laboratoires produisent d'autres vaccins et ne veulent pas tout miser sur la FCO. Merial a été retardé par des problèmes de sécurité sur son site anglais, analyse Patrick le Provost, du GDS des Côtes d'Armor. Il y aura des vaccins, dès mai ou juin, mais il semble peu probable qu'Intervet puisse produire 30 millions de doses".

Des zones prioritaires

Face à une quantité limitée de vaccins, le ministère de l'Agriculture et les GDS sont en train d'organiser la vaccination, qui sera, dans un premier temps, ciblée sur les zones fortement touchées, du Nord et de l'Est jusqu'au bassin charolais. "Dans les Ardennes, un élevage sur deux est touché. Il semble logique que ces élevages et leurs voisins puissent être vaccinés", reconnait Patrick le Provost. Très probablement, il n'y aura pas de vaccins disponibles pour la Bretagne. Bien sûr, les priorités de vaccination seront revues en fonction de l'évolution de la maladie".
Idéalement, la campagne de vaccination devrait avoir été effectuée avant la saison d'activité des moucherons vecteurs de la maladie. Ce sont les vétérinaires qui devraient être chargés de la vaccination, d'une part parce que le vaccin n'a qu'une autorisation provisoire et d'autre part afin que cette vaccination soit encadrée et certifiée. Dans le cadre de cette vaccination d'urgence, l'Union européenne pourrait financer, au moins pour la première année, la fourniture des vaccins et la moitié des frais engagés, au titre du fonds vétérinaire européen. La France a fait une demande en ce sens.
"2008 sera une année de transition à risque pour nos zones. Pour autant, il ne faut pas sombrer dans le catastrophisme. L'année prochaine, il devrait y avoir plus de vaccins disponibles", espère Patrick le Provost.
Au regard de l'ampleur de l'épidémie, une stratégie vaccinale à l'échelle européenne est également nécessaire.

(1) L'autorisation temporaire est donnée à titre exceptionnel quand il n'existe pas d'alternative déjà commercialisée pour soigner ou prévenir une maladie. Comme ce vaccin n'a pas fini le parcours d'autorisation de mise en marché, les vétérinaires devront en faire la demande auprès de l'AFSSA et son utilisation sera particulièrement encadrée.�

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Maïs : estimer sa date de récolte
Point de situation des maïs à la mi-août. Les premières récoltes sont attendues dès la fin août pour la moitié sud de l'Ille-et-…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Publicité