Aller au contenu principal

Bigard s’assoit sur le prix du MPB

Des porcs à 1,329 euro le kilo, c'est le prix auquel Bigard-Socopa a l'intention d'acheter les porcs qu'il abat. L'annonce de cette décision en a été faite vendredi dernier dans un communiqué de l'entreprise. Une décision qui prolonge le choix fait par l'abatteur finistérien de ne plus acheter ses porcs au MPB.

Paul Auffray, Président de la FNP.
Paul Auffray, Président de la FNP.
© Terra

Même si, comme Cooperl, Bigard Socopa s’était retiré du marché du porc breton, l'abatteur finistérien s’était engagé à payer ses achats au prix du cadran. Vendredi dernier, il a annoncé dans un communiqué qu'il fixait son propre prix d'achat du porc sur la base de 1,329 €/kg pour la semaine 39 contre 1,372 €/kg lors de la dernière cotation du cadran. Bigard a justifié son nouveau positionnement en mettant en avant "ses effrayants résultats économiques pour le maillon abattage-découpe qui se trouve totalement marginalisé sur le marché européen". "En conséquence, et pour ne pas mettre en cause la stratégie porc du groupe et son gros programme d’investissements qui seuls permettront de rester dans la course, il faut s’engager dans un début d’alignement du prix du porc correspondant à l’offre et à la demande", ajoute-t-il. L'information a fait l'effet d'une douche froide et provoqué la réaction ulcérée du président de la FNP Paul Auffray. Dans un entretien à Agrapresse ce même vendredi, il évoquait une "déclaration de guerre" de Bigard et envisageait une réponse des éleveurs proportionnelle à cette "provocation", craignant qu'avec cette décision, on revienne "à des relations commerciales dignes du Moyen-Age".

Médiation

Mais, dans un premier temps, c'est plutôt vers la recherche d'une solution alternativce à cette sortie de Bigard du système de cotation que s'orientaient les responsables professionnels. Lundi, une délégation de sept éleveurs représentants du syndicalisme majoritaire, dont Paul Auffray, FNP, et François Valy, FRSEA Bretagne porcs, a été reçue au siège de l'entreprise Bigard à Quimperlé, avec l'objectif de faire revenir le groupe à la table des négociations. Ainsi, proposition a été faite à la direction de Bigard qu'une réunion soit organisée portant "sur la révision des règles du marché". Proposition à laquelle les représentants de l'entreprise se sont engagés à répondre "s'ils recevaient un courrier du comité régional porcin".

Interrogée sur cette décision de Bigard, la Cooperl n’exclut pas non plus de sortir du tarif fixé par le cadran. Comme Bigard, la coopérative s’est retirée du marché tout en respectant la cotation pour payer les éleveurs. Son directeur, Emmanuel Commault plaide pour un prix reflétant les réalités du marché considérant que le prix actuel est un prix politique. Quant au ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, il avait prévu de convoquer une conférence de presse ce mercredi matin sur le thème de "la contractualisation dans le secteur porcin".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Jean-Elie Le Crom : "J’avais vraiment envie de m’installer"
Son truc ?  "Les vaches et le lait". Une passion ! Jean-Elie Le Crom l’a chevillée au corps. Alors, à 22 ans, il vient de…
Du maïs semé tous les 50 cm pour réduire l’usage des phytos
Si il est courant de semer son maïs avec un inter-rang de 75 cm, Alex Delamarre et Philippe Briand, entrepreneurs agricoles sur…
Sangliers : un contrat entre chasseurs et agriculteurs

Lors d’un rendez-vous le 21 janvier, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a présenté à la secrétaire d’État à la…

Tristan Delisle, un producteur de lapins engagé
Tristan Delisle s'est installé en mars 2020 sur l'élevage familial de lapins avec sa mère, en remplacement de son père parti à la…
L’irrigation : "l’assurance récolte de toute la filière"
Fin des six syndicats locaux qui contribuaient depuis 40 ans au développement de l’irrigation en Bretagne. Place à Breizh…
Nolwenn et Glenn : bien occupés, bien investis, bien dans leurs bottes !
De belles charolaises, de la volaille Label Rouge, des pommes de terre, des légumes de conserve, du maraîchage et en vente…
Publicité