Aller au contenu principal

"Bio c’bon" est à vendre

Après des années de rentabilité, l’enseigne Bio c’bon est à vendre. Troisième spécialiste du bio en France derrière Biocoop et Naturalia, l’enseigne qui a été créée en 2008 réalisait environ 170 millions de chiffre d’affaires par an. Elle accuserait un passif d’environ 40 millions d’euros. L'enseigne était vendue comme un placement financier avec la promesse de rendements alléchants (5 à 6 % par an). Aujourd’hui, les petits actionnaires représentent 25 % du capital. La famille Zouari qui détient 43 % de Picard (surgelés) était en pourparlers pour reprendre les 158 magasins (sans les murs), la centrale d’achat, le siège, les entrepôts et 90 % des 1 500 salariés. Mais ces négociations sont pour l’heure interrompues. Les principaux concurrents de Bio c’bon (Biocoop, La Vie Claire, Naturalia) ont déposé des offres de reprise. Carrefour et Casino seraient également sur les rangs. Un administrateur judiciaire a été nommé. 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité