Aller au contenu principal

Biométhane : quelles opportunités pour l’agriculture de mon territoire ?

Le développement de biométhane à partir de la biomasse est une voie de plus en plus privilégiée dans le cadre de la transition énergétique. Mais quelle peut être la place des agriculteurs dans cette filière émergente qui devrait connaître un essor rapide ? Simples fournisseurs de matière et recycleurs du digestat ou bénéficiaires d’une nouvelle opportunité de développement économique ? Pour que les agriculteurs tirent au mieux profit de la vente de biométhane, ils doivent directement s'impliquer dans l'émergence de nouveaux projets.

© Terra

La loi de transition énergétique prévoit en 2030 une part de gaz renouvelable dans la consommation française de 10 % contre moins de 1 % actuellement. Pour atteindre ces objectifs, la programmation pluriannuelle de l’énergie table sur un développement de la méthanisation en cinq ans permettant de multiplier par huit la production de biométhane à injecter dans les réseaux et par trois la production de Bio GNV destinée à devenir un substitut au gasoil des poids lourds. Avec le plus gros gisement de matière méthanisable et les terres nécessaires pour épandre le digestat, l’agriculture a des atouts et des opportunités à saisir.

 

Différents schémas de développement envisagés

Produire du biométhane en zone rurale pour satisfaire des besoins essentiellement situés en zone urbaine pose la question des modalités d’acheminement du gaz. Les exploitations ou les installations proches d’une canalisation existante (à moins de 3 ou 4 km) peuvent se raccorder directement au réseau de distribution du gaz (cas 1 sur le schéma ), mais elles seront peu nombreuses à pouvoir le faire individuellement. Pour les autres exploitations agricoles, un peu plus à l’écart, des solutions coordonnées permettant d’étendre le réseau au profit de plusieurs unités individuelles (cas 2) ou de petits collectifs agricoles (cas 3) sont à rechercher. C’est aux abords des grandes agglomérations où les besoins sont les plus importants et les réseaux les plus denses que ces opportunités de raccordement sont les plus grandes. Le déplacement du gaz par transport routier vers un point d’injection permettrait de desservir des unités plus isolées (cas 4) mais pour le moment, ce type de collecte demeure en phase exploratoire. Une autre stratégie est de transporter la biomasse vers des unités collectives ou de type industriel raccordées au réseau de distribution ou de transport du gaz (cas 5). Ces installations de grande capacité (plus de 30 000 tonnes/an) collectent par transport routier les biomasses issues d’exploitations qui n’envisagent pas de méthanisation à la ferme mais qui sont intéressées par un retour du digestat.

 

S'impliquer dans les approches territoriales

Les spécificités de chaque territoire vont être déterminantes pour définir les meilleures conditions de rentabilité des projets. Celles-ci ne sont pas toujours simples à réunir car les investissements sont conséquents et les conditions d’implantation et d’organisation essentielles. Mener un projet à l’échelle d’une seule exploitation n’est pas à la portée de toutes les exploitations. Par contre, l’approche collective associant quelques exploitations voire plusieurs dizaines comme cela se fait dans les Pays de Loire offre davantage de possibilités.

 

Plusieurs réunions locales dès décembre

Si l’agriculture veut tirer profit de la plus-value de la vente de biométhane, il est nécessaire que les agriculteurs s’impliquent directement dans l’émergence de nouveaux projets.

Dans ce but, la chambre d’agriculture de Bretagne organisera, en partenariat avec GRDF, plusieurs réunions locales d’information et de réflexion sur des territoires souhaitant développer rapidement cette énergie d’avenir. Elles débuteront sur le Pays de Brest le 12 décembre et se poursuivront courant 2019 sur d’autres territoires et dans les quatre départements bretons. Votre journal Terra vous tiendra informé des lieux et dates.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité