Aller au contenu principal

Bois : un marché local à dynamiser

La filière bois bocage, soutenue par la chambre d'agriculture, a rencontré une trentaine d'élus locaux à Saint-Germain-en-Coglès (35) sur un chantier d'abattage de bois déchiqueté. L'objectif : les interpeller sur l'approvisionnement local.

La filière bois se développe dans les exploitations mais les débouchés ne sont pas assurés. Le président du collectif Bois bocage tire la sonnette d'alarme.
La filière bois se développe dans les exploitations mais les débouchés ne sont pas assurés. Le président du collectif Bois bocage tire la sonnette d'alarme.
© H.B

En dix ans, la filière bois s'est très fortement développée. Un essor qui a impliqué des investissements et des innovations importantes pour le milieu agricole. Cependant, avant d'être une filière rentable, la gestion des haies, c'est surtout "le maintien du maillage bocager dans les exploitations, la préservation de la biodiversité, l'empêchement de l'érosion des sols et la purification de l'eau", rappelle Marcel Dubois, président du collectif bois bocage à la trentaine d'élus présents. L'invitation des élus locaux sur un chantier d'abattage n'a rien d'anodin, pour le président du collectif, c'est d'abord l'occasion de faire passer un message : "Si, dans les discours, les organisations publiques soutiennent la filière de bois bocage, dans les faits, les gestionnaires des chaufferies gèrent l'approvisionnement sans prioriser le bois local".

Corréler les stratégies

Conquis par les multiples intérêts du bois déchiqueté, nombreux agriculteurs ont souscrit à la démarche, notamment en investissant dans des installations de chauffage à bois déchiqueté ou en louant les machines aux différentes Cuma afin de vendre le surplus. "Aujourd'hui, nous sommes dans une situation délicate", interpelle Marcel Dubois. "Si nous ne trouvons pas de débouchés, les agriculteurs vont se remettre à faire du feu dans le coin des champs, chose que nous avions réussi à annuler en donnant une valeur économique à la haie". Un appel qui trouve écho auprès des élus qui conviennent que le marché du bois, notamment sur un secteur bocager comme Fougères, est actuellement saturé. Ainsi, le prix de revient du bois bocage, plus onéreux que le bois industriel, se trouve mis à l'écart. Malgré un marché en berne, certains agriculteurs restent convaincus de l'intérêt de la démarche, à l'instar de Nicolas Michaud, éleveur de brebis bio à Saint-Germain-en-Coglès, qui vient d'investir dans une chaufferie à bois déchiqueté pour son logement personnel. "Aujourd'hui, je me chauffe presque gratuitement. J'encourage les agriculteurs à se lancer". Un vent d'optimisme que reprend Marcel Dubois en réclamant une structuration de l'ensemble de la filière : "Les collectivités doivent être partie prenante de la valorisation du bois bocage".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité