Aller au contenu principal

Bretagne Ouest : Sodiaal veut étoffer sa filière bio

Les acteurs de la filière bio Sodiaal Union du secteur Bretagne Ouest se sont retrouvés à l'occasion d'une porte-ouverte chez Nathalie et Eric Henry à Loguivy-Plougras dans les Côtes d'Armor. Destiné aux producteurs engagés ou intéressés, l'événement a pour but de structurer cette jeune filière développée en 2016.

Réunion d'information chez Nathalie et Eric Henry, en cours de conversion en filière lait biologique Sodiaal.
Réunion d'information chez Nathalie et Eric Henry, en cours de conversion en filière lait biologique Sodiaal.
© Terra

Sodiaal affiche la couleur : les besoins supplémentaires de lait bio de la coopérative à l'horizon 2021 s'élèvent à 215 millions de litres, soit un volume total de 277 millions. Quelque 100 millions de litres sont en cours de conversion, 70 millions en réflexion et 45 millions à trouver. Dans un contexte favorable aux produits bio, les débouchés de la coopérative sont portés par la marque Candia, en lait de consommation et en beurre et par le développement des poudres de lait bio infantiles chez Nutribio. Lors de la porte-ouverte, les administrateurs présents ont confirmé le "manque" de lait bio. Se voulant rassurants, ils décrivent un développement "étudié". "Les conversions se font étape par étape. L'enjeu n'est pas une production plus forte que le marché mais des conversions à volume et valeur trouvés", indique David Chevance, administrateur Sodiaal Bretagne Ouest, qui en a profité pour annoncer un nouveau partenariat sur le créneau du beurre bio avec la marque "C'est qui le patron".

Une filière en cours de construction

Sur le secteur Bretagne Ouest, la filière bio lancée en 2016 est en cours de construction. 31 producteurs y sont engagés ce qui correspond à 10,6 millions de litres sur les 15 millions de litres projetés à 2020. L'engagement contractuel des producteurs bio avec Sodiaal s'étend sur une durée de sept ans, soit deux ans de conversion et cinq ans de production certifiée. Une prime de 30 €/1 000 litres pendant la période de conversion est attribuée (pouvant atteinre 50 €/1 000 litres en deuxième année selon la volatilité du prix conventionnel).

En 2016, le prix du lait bio payé par Sodiaal était de 440 €/1 000 litres, en hausse de 5,8 % sur les quatre premiers mois 2017. La particularité dans l'Ouest est de produire un lait bio avec beaucoup d'herbe et une saisonnalité marquée. Or la grille de prix Sodiaal pénalise le lait produit au printemps au profit des mois où le manque de lait se fait sentir (autour de 400 € en avril/mai contre 500 € en octobre). "Le lait arrive massivement au printemps alors que la consommation est la même", explique David Chevance avant d'ajouter. "Il faut faire partager la problématique de l'éleveur du grand Ouest aux industriels pour ne pas être lésé. D'autres process de fabrication sont peut-être à mettre en place". Un sujet cher aux Bretons et qui est mis sur la table.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité