Aller au contenu principal

INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES
Brocéliande rejoint Cooperl

Le rapprochement entre Brocéliande(1) et la Cooperl Arc Atlantique, est désormais effectif. Les dirigeants étaient réunis vendredi dernier pour annoncer officiellement le rachat de la filiale d’Unicopa et, par la même, le renforcement de ses activités jambon et salaison.

De gauche à droite : Gilles Bars, président d'Unicopa, Bruno Durand, directeur de Brocéliande, Guy Dartois, président de la Cooperl, Patrice Leloup, directeur d'Unicopa et Emmanuel Commault, directeur de la Cooperl.
De gauche à droite : Gilles Bars, président d'Unicopa, Bruno Durand, directeur de Brocéliande, Guy Dartois, président de la Cooperl, Patrice Leloup, directeur d'Unicopa et Emmanuel Commault, directeur de la Cooperl.
© Terra

"Pour les activités de la Cooperl, cela va représenter entre un tiers et 50% des débouchés, ce qui est très significatif", annonce Emmanuel Commault, le directeur de la Cooperl Arc Atlantique. Et d’ajouter : "notre approche est économique avec un objectif d’efficacité industrielle et la poursuite du développement dans la chaîne d’élaboration. Nos projets de développement sont liés à ceux de nos grands clients et l’intégration de Brocéliande nous permet de nous renforcer pour mieux servir ces grands clients". Le directeur précise également qu’avec les responsables de la Cooperl, ils voient un avenir pour chacun des sites de Brocéliande, même si la question des emplois n’est pas garantie, dépendant avant tout du gain de productivité.
Un discours que confirme aussi Bruno Durand, directeur de Brocéliande : "des adaptations sur chacun des sites seront nécessaires, au niveau des produits, des process et des ressources humaines. La rentabilité doit être au rendez-vous dès l’année prochaine". Pour le président de la Cooperl, Guy Dartois "il est important de se serrer les coudes, car nous avons la plupart des atouts pour avoir une filière cohérente et puissante".
Emmanuel Commault a tout de même tenu à mettre en avant le contexte très particulier du marché, pointant du doigt "la distorsion de concurrence injuste avec l’Allemagne, qui fait travailler des salariés des pays de l’Est, au salaire de leurs pays d’origine". Une parade ? "Si nous ne compensons pas ça par l’efficacité et l’innovation, c’est l’ensemble de la filière qui est en danger".
Pour conclure, Bruno Durand a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une course à la taille, "mais une course à l’excellence, à l’efficacité".

(1) Brocéliande : plus de 1 000 salariés sur 4 usines pour 51 000 tonnes de charcuterie, dont 35 000 tonnes de jambon/an.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
Faux et menaces sur l’emploi, les rebondissements du cartel des jambons
Les rebondissements continuent dans l’affaire du cartel des jambons tant sur le plan judiciaire qu’économique. La Cooperl clame…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Publicité