Aller au contenu principal

Session chambre
Budget, PAD et environnement au menu

Réunis en session le 25 novembre, les élus de la chambre d'agriculture ont balayé tout ce qui fait l'actualité de l'institution consulaire, depuis son budget jusqu'au complexe dossier "environnement".

Les élus de la chambre d'agriculture et le directeur de la DDTM.
Les élus de la chambre d'agriculture et le directeur de la DDTM.
© Cécile Julien

Lors de leur session du 25 novembre, les élus de la chambre d'agriculture ont fait le point sur le dossier "environnement". Entre le verdissement de la PAC, la mise en œuvre du Grenelle et les contentieux qui pèsent sur la Bretagne, c'est un dossier qui influence beaucoup l'évolution de l'agriculture régionale. Sur toutes ces discussions, les élus agricoles se doivent d'être présents. "Ce n'est pas simple, les lieux de négociation environnementale doivent reconnaître toute leur place aux acteurs agricoles, plaide Joseph Ménard, président de la chambre d'agriculture et en charge de ce dossier à l'APCA. Si les nouveaux impératifs ne sont pas compris, pas partagés par les agriculteurs, comment nous inscrire dans une démarche de progrès ? Au regard des progrès accomplis, il ne faut pas créer de freins supplémentaires au développement d'une agriculture productive, écologique et innovante". Concernant plus particulièrement la directive Nitrates, les normes de rejet en bovins lait tiendront désormais compte de la production et du temps de pâturage. Les élus craignent que ces nouvelles normes, en plus de la prise en compte du phosphore dans les plans d'épandage, pèsent lourd sur les exploitations de petite taille de l'est du département et sur les exploitations hors sol, par effet induit. Ils ont demandé, dans un vœu, un calendrier permettant aux élevages de s'y adapter ainsi que des solutions de financement pour mettre aux normes les installations de stockage. Le contexte actuel de sécheresse persistante a motivé la demande d'un plan ambitieux de stockage d'eau.

Pour leur dernière session de 2011, les élus ont étudié le budget de 2012. Un budget toujours tendu du fait de la baisse des subventions. Rien que pour les missions de l'Odasea, qui a été intégrée à la chambre en 2011, ce sont 128.000 euros de moins de versés par l'Etat. Pour maintenir ses actions et l'accompagnement des agriculteurs, la chambre d'agriculture a voté un relèvement de l'impôt de 1,7%, dont 0,6% au titre de la préparation des prochaines élections consulaires. "Notre niveau d'imposition demeure encore le plus faible des départements bretons", souligne Joseph Ménard. 2012 verra l'Atèse, qui suit les agriculteurs en difficulté, intégrer la chambre.

PAD nouvelle formule

 

Lors de sa session de juin, la chambre d'agriculture a validé une nouvelle approche du Projet agricole départemental sans grille d'équivalence. Le 25 novembre, elle a présenté les nouveaux indicateurs qui permettront de concrétiser les orientations politiques du PAD. Le premier indicateur est celui de la production brute standard, qui intègre les surfaces et les productions avec des coefficients validés, ramenés à l'actif. "Cet indicateur nous permettra de comparer les exploitations, explique Gilles Guillomon, secrétaire général de la chambre. C'est, par exemple, sur ce critère que se basera l'administration pour établir les priorités pour les aides, les attributions". Cet critère de production sera complété par des indicateurs de durabilité. "Eux à but pédagogique et non réglementaire". 12 indicateurs, basés sur les 3 piliers du développement durable, permettront à chaque exploitant de situer son système de production. Ces indicateurs sont la diversité de l'assolement, les pratiques de fertilisation, la dispersion parcellaire, les particularités topographiques, l'implication sociale, la valorisation par les filières courtes, les services et la pluri-activité, le travail collectif, la formation, la viabilité économique, l'autonomie financière, la sensibilité aux aides, l'efficience du processus économique.

Cette approche, spécifique au département, a été jugée intéressante tant par le Conseil général que par l'administration.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité