Aller au contenu principal

BV contentieux : les agriculteurs menottés

Les responsables professionnels exigent un plan de sortie des bassins versants en contentieux. Invitée à s'exprimer sur la campagne en cours, l'administration départementale n'a apporté aucune réponse. Pour la profession, ce n'est rien moins qu'une injustice flagrante

Des agriculteurs enchaînés aux  grilles de la préfecture, dénonçant la peine infligée aux BV dits "contentieux". Un acte symbolique.
Des agriculteurs enchaînés aux grilles de la préfecture, dénonçant la peine infligée aux BV dits "contentieux". Un acte symbolique.
© terra

23 h sur la place de la préfecture à Saint-Brieuc. Lundi 25 mars, six agriculteurs masqués se sont enchaînés, menottes aux poignets, à la grille de la Préfecture une pancarte autour du cou et un masque blanc sur le visage. Sur les pancartes, le nom des six bassins versants dits en contentieux : Ic, Haut-Gouessant, Guindy, Urne, Arguenon et Bizien.

Une soixantaine d'agriculteurs, venue dénoncer les mesures imposées dans les bassins versants, a assité à un simulacre de procès pour alerter l'opinion et l'administration. A la fin de la mise en scène, les bassins versants ont été relâchés avec un "non à la condamnation à perpétuité".

Le statu quo

Les agriculteurs, une heure auparavant dans une salle de la chambre d'agriculture, s'étaient entretenus avec le directeur de la DDTM, Gérard Fallon invité par la FDSEA à s'adresser directement aux agriculteurs concernés. Après une courte introduction, les questions sont rapidement venues de la salle. Dans l'esprit de plusieurs éleveurs, la fin des ICCE en 2012 signifie la levée des plafonnements de fertilisation (140/160). Le directeur de la DDTM a confirmé les craintes des agriculteurs : "les ICCE sont une chose, et les contraintes de fertilisation en sont une autre. La fin des ICCE ne se traduit pas par un relèvement des plafonds de fertilisation. Les niveaux à 140 et 160 continuent donc à s'appliquer en 2013 sans compensation financière".

Questionné sur les incidences directes ou induites du relèvement des normes Corpen "vache laitière" sur les plans d'épandage, Gérard Fallon a rappelé que ces nouvelles références étant actées, qu'aucun assouplissement, même en BVC, n'est envisagé.

Absence de réponses

Et la conformité des prises d'eau (Haut-Gouessant, Urne, Guindy, Arguenon) ? Et l'assouplissement des contraintes pour donner un peu de respiration à l'économie locale et son agriculture ? A ces remarques, le représentant de l'Etat a évoqué la crispation des ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture face au risque de cumuler les pénalités financières pour l'Etat français dans le dossier du contentieux "eaux brutes", et plus récemment celui du pré-contentieux "directive nitrates". Bref, les évolutions des BVC ne sont pas à l'ordre du jour mais "pourraient" être calées, dans le nouveau programme "directive nitrates".

Pour les responsables FDSEA et chambre d'agriculture, qui exigent un plan de sortie précis du contentieux, "l'absence de réponses est aujourd'hui inacceptable, et Bruxelles n'est en rien responsable de cette situation". Ils accusent la lenteur "plus ou moins volontaire" de l'administration française, d'où l'impasse de la campagne en cours.

En attendant, les responsables agricoles se retirent des discussions des Sages concernés par les BVC. "Pourquoi poursuivre les efforts pour l'amélioration de la qualité de l'eau, si les résultats obtenus depuis plus de 10 ans ne sont pas reconnus".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité