Aller au contenu principal

FDCUMA
Cap sur le salon aux champs 2013

Artisan de la maîtrise des charges de mécanisation sur les exploitations, le réseau de la Fédération départementale des Cuma du Morbihan a réaffirmé son rôle lors de son assemblée générale, mardi dernier à Muzillac. Une dynamique collective avec des solutions économiques adaptées à la diversité de l'agriculture. Reste à s'atteler à la préparation du salon aux champs, les 28 et 29 août 2013 à la Chapelle Caro.

 

 

Un rapport d'activité dense, tant sur le terrain des dérogations réglementaires sur la durée hebdomadaire du temps de travail que sur celui de la promotion des chantiers de récoltes avec des échanges interdépartementaux, ou l'implication dans la structuration de la filière bois. L'année écoulée n'a pas démenti, auprès des agriculteurs, l'intérêt des coopératives d'utilisation de matériels sur la baisse du poste des charges de mécanisation. Poste parmi les plus pesants sur les exploitations bretonnes. L'immatriculation de 600 nouveaux tracteurs dans le Morbihan pour 19 acquis en Cuma en 2011 conforte l'intérêt de poursuivre les efforts. Un effort collectif d'achat de matériel dans les 160 Cuma particulièrement sensible cette année. Il s'est traduit par un investissement de plus de 7 millions d'euros pour le département, «deuxième meilleure année après 2008 » soulignent les responsables. Pour autant, «le contexte actuel, notamment la réduction du nombre d'agriculteurs et des installations, la diversifications des activités et des modèles de développement, influencent notre réseau» pointe Michel Le Roch, président de la fédération des Cuma.

 

Faire reconnaître la réalité du collectif

 

Et c'est au travers de l'animation de proximité, tout particulièrement au travers des jeunes installés, que le réseau souhaite axer son travail. Autre gros chapitre à venir, celui de la préparation du salon aux champs. Il sera accueilli les 28 et 29 août 2013 à la Chapelle Caro. «C'est un projet ambitieux qui doit être porté par toutes les Cuma du Morbihan, responsables, adhérents, salariés » a exhorté Michel Le Roch mettant déjà la salle du Vieux Couvent au travail pour récolter les idées et attentes de chacun en matière d'animations du Village Cuma, un des quatre pôles de ce salon, établi sur 30 ha. L'organisation en reviendra au Morbihan. «Il doit être le véritable cœur du salon». Et pour Christophe Grangière, agriculteur et organisateur de ce salon en Loire Atlantique, à Tréffieux en 2011, «un salon tous les 20 ans, c'est une expérience formidable à vivre, c'est un endroit où vous pouvez mettre en avant votre spécificité. Nous avons laissé une place de taille et une liberté aux 180 salariés de nos Cuma ». Une expérience qui, selon lui, permet « de faire valider les expériences auprès des partenaires et de faire valider la réalité du collectif». Un constat partagé par Marc Auréjac du secteur 44 de l'Union des Cuma de Loire Atlantique pour qui, le salon de Tréffieux «a marqué la carrière des responsables. L'âme des Cuma doit être omniprésente dans ce salon. Cela nous a permis de prendre du recul et de s'apercevoir que notre richesse, c'est les responsables. Depuis, on a mis le paquet sur leur formation et le renouvellement ». Avec ce chantier qui s'ouvre, ce sont aussi de nouvelles orientations pour l'avenir.

 

Claire Le Clève

 

 

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité