Aller au contenu principal

Ce sont les règles plus que la maladie qui rendent la situation difficile en France !

Jean-François Treguer, président de GDS Bretagne
Jean-François Treguer, président de GDS Bretagne
© Terra

Ou en est la situation de la FCO en France ?

Jean-François Treguer. La situation évolue assez peu. La vitesse de progression est réduite. Le niveau de prévalence et la pression ne sont pas les mêmes qu’en 2009. Nous sommes plus avancé en saison, le temps est plutôt frais. La même maladie plus tôt, avec des températures plus élevées, aurait eu des conséquences différentes. L'expérience de 2009-2010 aussi a payé. On a pris de manière plus précoce et plus cohérente les bonnes décisions, notamment sur les stratégies de mouvements contraints.

Pourtant le Sommet de l'élevage s'est déroulé sans animaux !

J-F. T. Face à ce genre de maladies, il y a deux approches. Une approche sanitaire et une approche économique. Il faut surtout raisonner à moyen ou long terme et pas à court terme. Cela signifie que le plus important, c'est de faire passer le sanitaire d'abord pour préserver l'économique. C’est cela le bon ordre des choses. La tentation serait peut-être d'ouvrir les barrières entre les zones pour un intérêt immédiat, mais le plus important dans le temps est  de préserver l’acquis sanitaire.

N'en fait-on pas trop face à cette maladie ?

J-F. T. Il faut prendre toutes les précautions, d'autant que la maladie évolue très peu. Les moyens n'existent pas pour assurer une couverture vaccinale sur l'ensemble du territoire. 1,2 millions de vaccins ont été distribués. Les vétérinaires en disposent de 900 000 environ au niveau national. Le compte n'y est pas. Si on ne limite pas les mouvements -et les circulations- notamment des zones protégées vers les zones indemnes, comme on n'a pas la capacité à assurer la vaccination, on court  un vrai risque sanitaire. On a intérêt à ne pas changer de stratégie.

Nous plaidons pour que, au niveau européen, les règles soient modifiées. Nous demandons de déclassifier la FCO comme danger sanitaire de catégorie 1 et la considérer comme une maladie d’élevage comme une autre. A chaque éleveur ensuite de considérer le risque chez lui et pour lequel la vaccination est une réponse à la protection du troupeau (comme une vaccination BVD ou Fièvre Q par exemple). Cette nouvelle approche permettrait de libérer les mouvements commerciaux.

Aujourd'hui ce sont les règles plus que la maladie qui rendent la situation difficile en France ! Il faut changer de braquet.

Où en est la Bretagne au regard de cette maladie ?

J-F. T. L'ensemble des zones est contrôlé et en particulier les zones indemnes comme la Bretagne. Pour le moment, tous les résultats sont négatifs et il est important de maintenir cette situation le plus longtemps possible. Le zonage tel qu'il est réalisé permet de maîtriser l'évolution de la maladie.

Le 13 octobre le Ministre de l'agriculture a décidé de fusionner les zones de protection et les zones de surveillance. Que pensez-vous de cette mesure ?

J-F. T. Il y a deux zones, une zone très réglementée et une zone indemne. C'est une bonne décision qui préserve l'approche sanitaire et qui laisse la possibilité de mouvement d'animaux. Cela pourra peut-être ouvrir la porte à des échanges plus raisonnés mais, pour passer en zone indemne, nous voulons des animaux vaccinés.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Publicité