Aller au contenu principal

Morbihan
CER : le point sur les aides PAC

Avec quelles modalités les aides PAC seront-elles attribuées sur les exploitations ? Le CER Morbihan a levé le voile lors de 6 réunions départementales, lundi dernier. Et si l'impact à la baisse de la réforme ne fait aucun doute, certains seront plus gagnants que d'autres. Comment y parer ?

 

"Soyez à l'écoute des dernières décisions et des nouvelles aides MAE qui se dessinent. Situez vous. Est ce que je suis encore loin ou bien, la marche à franchir n'est plus très haute. Élargir son champ d'investigation est nécessaire", conseille Anne Lucie Menier du service études du CER Morbihan. Pas de doute pour la jeune femme qui, à Questembert durant deux heures, a décortiqué lundi les mécanismes de redistribution des aides actées dans la nouvelle PAC. Le budget 2014 à 2020 diminue de 3,4 %. L'impact à la baisse ne fait donc aucun doute mais en France, "le pire a été évité", soutient-elle. Et si le recul des aides du 1er pilier est de 5 % sur le territoire national, "pour le second pilier, la hausse est prévue". Et de passer à la moulinette du calcul et des critères de convergence les aides à étages du premier pilier. Elles sont, pour partie, liées à la production  : 30 % consacrés au paiement vert (82 euros par ha français) auxquels se rajoutes 34 % de droits à paiement de base (93 euros/ha français), puis 20 % d'aides complémentaires, 15 % d'aides couplées et 1 % pour les JA (2,84 euros/ha français).

 

Des aides et d'autres opportunités

Quant au second pilier ? Mae et Fonds de modernisation des élevages en relèvent. "Les enjeux sont forts, notamment avec le pacte d'avenir. Les fonds sont là, mais pas utilisés. Il faudra réussir à aller les chercher", résume Anne Lucie Menier. "Il en manque toujours au bout", entend-on, en résumé, depuis la salle. Certes, les baisses affichées vont notamment de moins 19 % à moins 37 % suivant les systèmes laitiers. Il y a donc des gagnants et des perdants. Mais "à coté de la réforme de la PAC, il y a des changements profonds qui s'opèrent, la libéralisation des quotas par exemple", pointe t-elle. D'où l'idée de simuler l’évolution de ces aides à l'exploitation. "Voir ce que cela donne et utiliser la période 2015 à 2019 pour s’adapter, analyser sa compétitivité, poser un diagnostic et de là, établir une stratégie", recommande -t-elle. Car s'ajoutent à l'impact de la PAC, les écarts de performances entre exploitations qui creusent aujourd'hui et sans doute demain plus encore, les écarts de revenus.

 

Claire Le Clève

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité