Aller au contenu principal
Font Size

MARIAGE ENTREMONT - SODIAAL
"C'est du concret"

Pour l'heure, et jusqu'au 30 novembre, Sodiaal reste le seul candidat à la reprise d'Entremont au travers d'un projet que le représentant de la coopérative, Frédéric Chausson, est venu expliquer et plaider auprès des producteurs bretons.

Frédéric Chausson est directeur du développement de la coopérative Sodiaal.
Frédéric Chausson est directeur du développement de la coopérative Sodiaal.
© Terra

Les éleveurs laitiers livrant à Entremont Alliance, que vous avez rencontré lors d'une série de réunions les jours derniers, sont suspendus à l'offre de reprise de l'entreprise à laquelle vous appartenez. En quoi le projet de Sodiaal peut-il les rassurer ?
Frédéric Chausson. "Trois points sont à préciser. Le premier, c'est que cette offre n'est pas parfaite, mais elle a le mérite d'exister. C'est du concret.
Deuxième point, cette offre est opérationnelle. On ne parle pas d'un projet qui pourrait aboutir éventuellement ; il n'y a qu'à tourner la clé pour qu'il démarre...
Troisième point, cette offre garantit la stabilité de la filière sur le long terme. Si Sodiaal et Entremont opèrent le rapprochement, on est dans un modèle de filière équilibrée, avec un pôle privé fort centré autour de Lactalis, un pôle coopératif fort centré autour de ce nouvel ensemble où il doit y  avoir une représentation forte des producteurs. Nous pensons que cet équilibre là est le meilleur pour garantir à terme à la fois la sécurité de la collecte et le prix du lait le plus élevé possible pour les producteurs".

Que manque-t-il encore pour passer du projet de reprise d'Entremont Alliance par Sodiaal à sa concrétisation ?
F. C. "En fait, il faut exactement quatre étapes. La première est en train de se réaliser aujourd'hui en Bretagne, c'est de recueillir l'avis des producteurs Entremont sur un projet de nature coopérative qui se fait nécessairement avec les producteurs et pas contre eux. Nous voulons proposer aux livreurs d'Entremont de devenir adhérents de la coopérative. Donc, pour que le projet puise se faire, il faut que les producteurs Entremont disent majoritairement "oui, c'est susceptible de nous intéresser". Si une majorité dit "non, on ne veut pas de votre proposition", alors, dans ce cas, le projet n'est pas de nature coopérative et ce n'est donc pas celui là que veut faire Sodiaal".
Deuxième point, il y a aujourd'hui une discussion très serrée avec les banques sur l'écrasement de la dette d'Entremont. Il faut que cette négociation là aboutisse également.
Troisième point, les deux premiers point ayant été passés, il faut bien évidemment l'avis et le vote des producteurs Sodiaal. Etant une entreprise coopérative, toute opération patrimoniale y est donc soumise à un vote du conseil d'administration.
Et enfin, dernier point, il faut que les instances représentatives du personnel aient aussi donné leur feu vert à l'opération pour qu'elle puisse aller à son terme.
Si ces quatre étapes sont réalisées, chaque étape étant bloquante, à ce moment-là le projet peut démarrer, peut-être aux alentours du mois de février 2010. C'est un processus qui peut être assez rapide, parce qu'un travail important a déjà été mené".

Au delà de l'avis favorable des producteurs Entremont, ce que vous leur demandez, c'est aussi une prise de participation au capital social de la coopérative ?
F. C. "Oui, absolument, mais ce que nous cherchons dans l'immédiat, c'est sentir si les producteurs Entremont sont susceptibles d'être intéressés ou pas. S'ils nous disent "non", ce n'est même pas la peine d'aller plus loin. S'ils nous disent "c'est susceptible de nous intéresser", nous continuerons nos démarches pour que, en février, chaque producteur Entremont puisse faire le choix de rejoindre la nouvelle structure".

Plusieurs repreneurs potentiels sont sur les rangs qui pourraient être davantage attirés par les volumes de lait supplémentaires que par l'outil industriel Entremont. Quelles garanties apportez-vous sur ce point ?
F. C. "Sur les éventuels repreneurs autres, je ne suis pas le mieux informé. Le mieux informé, c'est le propriétaire d'Entremont-Alliance, la CNP (Compagnie nationale à portefeuilles), société du milliardaire belge Albert Frère. Donc, je peux difficilement me prononcer sur ce que les uns et les autres veulent faire. Ce que je constate, c'est que, aujourd'hui je ne connais pas de repreneur potentiel déclaré autre que Sodiaal. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y en aura pas. Il peut y en avoir à partir du 30 novembre, date de fin de l'accord d'exclusivité de négociation entre Sodiaal et la structure qui pilote Entremont, mais à cette date, je n'ai pas d'information. Pour être tout à fait transparent, il y a en effet une déclaration d'intention de Lactalis sur le sujet. Ceci dit, il faut encore que Lactalis fasse la même démarche que celle que nous avons faite vis-à-vis de la CNP pour être en mesure de présenter aux producteurs un projet aussi construit que celui qui est présenté actuellement sur le terrain.
Sur l'aspect garantie de la collecte, par rapport à l'outil industriel, je ne crois pas qu'il y ait des gens qui ne s'intéressent qu'au lait sans l'outil industriel. Il n'y a pas de producteurs sans entreprise, et pas d'entreprise sans producteurs. C'est vraiment la caractéristique de la filière laitière française. Donc ne s'intéresser qu'au lait en Bretagne, sans s'intéresser aux outils industriels, ne me paraît pas possible. Enfin, ce qui est clair, qu'on a toujours dit et qu'on continuera à dire, c'est que, dans le cas de l'offre Sodiaal, personne ne sera laissé au bord de la route. On vient ou on ne vient pas, mais, si on vient, il y a une garantie de collecte du lait. C'est un engagement de Sodiaal".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité