Aller au contenu principal
Font Size

Avant d'avoir mal au dos
Changez vos habitudes !

Mal de dos, mal du siècle... Pourtant, il suffit parfois de changer quelques habitudes et d'aménager autrement maison et lieu de travail pour moins solliciter notre dos.

Contrairement aux idées reçues, un travail tout en mouvement n'est pas plus risqué pour le dos qu'un travail assis. "Le corps est préparé au mouvement, pas à conserver la même position, rappelle Michel Troadec, formateur à l'espace prévention-santé au travail du centre de Perharidy, à Roscoff. Rester assis des heures pour du travail de bureau ou dans l'agro-alimentaire est contraignant pour le corps".

 

Agir avant d'avoir mal

 

Bouger est bon pour la santé, certes. Mais, ici aussi, la modération est de mise car un tiers des accidents du travail et 80% des maladies professionnelles sont liés à l'activité physique. Des maladies qui vont user prématurément les structures mécaniques du corps et mettre parfois 10, 20 ou 30 ans à se déclarer. Il faut donc apprendre à économiser ses efforts. Et apprendre tôt, avant même que n'apparaisse la douleur.

 

Limiter l'effort à fournir

 

Premier conseil : pour soulever une charge, il faut s'en rapprocher au maximum. Et ne pas hésiter à organiser et ranger son espace pour y parvenir. "Un dos arrondi est plus fragile qu'un dos droit, indique Michel Troadec. Il faut donc fléchir les genoux : les jambes vont travailler et la contrainte sera moindre pour le dos". Un geste pas si naturel car, dans cette posture, nos yeux ne voient plus la charge à soulever.

Pour limiter l'effort à fournir, les centres de gravité de la personne et de la charge doivent être superposés. Ce qui explique qu'il est plus facile de porter deux seaux de 5 kg chacun plutôt qu'un seul de 10 kg : l'effort à fournir sera 4 à 5 fois moins important. "Pour les courses aussi, mieux vaut remplir à moitié deux sacs qu'en porter un seul, rajoute le Docteur Marieke Davion, spécialiste de l'appareil locomoteur au centre de Perharidy. Ou alors le porter contre soi plutôt qu'à bout de bras".

De même, il est plus facile de pousser une charge que de la porter, d'où le succès des valises à roulettes ! "Pour soulever un poids, on peut aussi prendre un troisième appui, conseille Michel Troadec. Poser la main sur la table ou l'établi permet de diminuer l'effort au niveau du dos".

 

En hauteur...

 

Une fois tous ces principes posés, reste à modifier son espace pour en tenir compte. "Au travail comme à la maison, il faut que le maximum d'objets soient posés en hauteur, pour ne pas avoir à se baisser pour les prendre". Ainsi, les objets lourds devraient être à une hauteur de 45 cm. La machine à laver à ouverture frontale aussi. "Ou alors, il faut poser un genou à terre pour la vider".

 

… mais pas trop

 

Mais lever les bras va aussi solliciter le dos. Dans l'idéal, les rangements devraient donc s'arrêter à la hauteur des épaules. "Plus haut, on peut mettre du matériel léger et de petit format".

Dans la cuisine comme à l'atelier, il faut aussi réfléchir à la hauteur du plan de travail. "Il faut travailler épaule basse", indique Michel Troadec. La hauteur idéale se situe 5 à 10 cm plus haut que le coude pour un travail de précision (écriture...), 5 à 10 cm plus bas que le coude pour des travaux légers (cuisine...), et 10 à 25 cm plus bas que le coude pour des travaux exigeants (atelier...). Si les Suédois ont développé des plans de travail facilement réglables en hauteur, notamment pour du travail de bureau, il n'y a encore rien de tel chez nous. "Il faut donc prendre en compte ce qui fait la majorité du travail. Et toujours tenir compte du plus petit : au plus grand de s'adapter en écartant les jambes, en posant un pied en hauteur".

 

 

La MSA d'Armorique organise la seconde édition du salon du dos, les 31 mai et 1er juin, de 9h30 à 18h, halle Saint Ernel, à Landerneau.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le plan de relance de l'apprentissage peut profiter au monde agricole
Le 4 juin, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé un plan de relance de l'apprentissage, avec notamment une prime à l…
Les agricultures bretonnes en 2040 se dessinent aujourd'hui
Quels visages auront les agricultures bretonnes à l'horizon 2040 ? Désireux de se saisir des enjeux, de se projeter et de s'…
Tensions autour  de la PAC
L'Allemagne a pris la présidence du conseil des Ministres depuis le 1er juillet. Elle se fixe pour principale tâche de finaliser…
MAEC non reconduites, revenu amputé pour 60 éleveurs bretons
Ils sont 60 en Bretagne à faire les frais de la non reconduction de la MAEC(1) SP3 M, type maintien, de la région Bretagne. 60 c’…
EGAlim : l'effet papillon de la loi Agriculture et Alimentation
La première année d’application de la loi découlant des États généraux de l'alimentation aura bouleversé le paysage des produits…
Un Clap d'or pour le lycée Pommerit

Cinq élèves de 1re en bac professionnel Agroéquipement du lycée Pommerit dans les Côtes d'Armor ont décroché un 1…

Publicité