Aller au contenu principal

Clap de fin du GDS 56

Le 28 mars prochain à Locminé, le GDS 56 donnera son clap de fin départemental au cours de sa dernière AG. Les délégués deviennent les piliers de la proximité, dans un contexte régional.

André Briend, président du GDS entouré des montbéliardes qu'il élève avec épouse et fils à Lanouée.
André Briend, président du GDS entouré des montbéliardes qu'il élève avec épouse et fils à Lanouée.
© claire le clève

 

 

C'est la "der des der" en Morbihan. Le 28 mars marquera la fin du GDS 56 et non de son rôles et missions devenus bretons. Cette assemblée générale, salle de la Maillette, devrait faire la part belle aux rôles des délégués. Car si l'ambition est d'apporter le même service sanitaire localement, avec maillage du territoire garanti, c'est dans une autre forme de proximité que devrait s'exprimer leurs fonctions de courroie de transmission. "Ils seront essentiels dans cette proximité que nous voulons à tout prix préserver. Nous souhaitons la renforcer et structurer leur présence", note André Briend, président du GDS 56. Et si les autres départements bretons connaissent des GDS inter-cantonaux avec 10 à 15 structures, une organisation resserrée, calquée sur celle des CRDA pourrait faire son chemin en Morbihan. L'assemblée générale y répondra. "Nous garderons une antenne territoriale, départementale, avec un comité territorial qui conserve un pouvoir de représentation", détaille le responsable du GDS.

 

Avenir régional

Pas de nostalgie à l'évocation des 61 ans d'existence du groupement de défense sanitaire départemental mais la nécessité de toujours se projeter demain. Et si l' avenir est désormais régional "c'est bien pour garder le niveau d'exigence et le carnet sanitaire de nos élevages bretons", assure André Briend pointant de nouveaux enjeux. Avec la baisse du nombre de points de collecte laitière "l'accident sanitaire peut prendre des proportions importantes. L'aspect sanitaire sera toujours facteur de réussite d'un élevage". D'où l'importance de la prévention, car là encore, "la circulation d'animaux se fait désormais sur des périmètres plus grands", et de pouvoir garantir sanitaire ment le cheptel breton et ses 1,9 million de bovins (hors veau de boucherie). Car la Bretagne connaît des résultats exceptionnels. "Ils sont liés au maintien d'une cotisation qui n'a pas été bradée. C 'est un formidable levier sanitaire dont l'objectif de retour de 40 % à l'éleveur s'est toujours maintenu".

Claire le Clève

 

 

 

 

En pratique : Assemblée Générale le 28 mars dès 10 à la salle de la Maillette, Locminé

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité