Aller au contenu principal

Collectes des déchets exogènes agricoles : bilan et prochaines dates annoncées

Le comité de pilotage régional pour les "déchets exogènes agricoles" s’est réuni le 4 juillet dernier. L’objectif était de faire un bilan des dernières collectes et de planifier les prochaines, pour l’année à venir. Stéphane Guesney, responsable chez Adivalor a présenté un bilan quantitatif mitigé sur la Bretagne.

Le bilan de la campagne 2016-2017 des collectes de déchets exogènes agricoles est mitigé. L’évolution des collectes est diversifiée selon les types de déchets et selon les départements :

- Les collectes de films de serres ont augmenté dans les Côtes d’Armor et le Finistère mais il reste un fort gisement non capté.

- La collecte de l’enrubannage a bien augmenté dans les Côtes d’Armor et l’Ille-et-Vilaine alors qu’il a baissé dans le Finistère et le Morbihan.

- Les collectes de films issus de l’ensilage ont tendance à stagner sur les quatre départements.

- Les tonnages en ficelles et filets de balles rondes ont fortement augmenté en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes d’Armor. Ils ont stagné dans le Finistère et diminué dans le Morbihan.

- Les big bags et les sacs papier de semences ont fortement augmenté avec un gisement conséquent pour la Bretagne.

Moins de la moitié des films agricoles usages sont collectés

Il ressort du bilan que la Bretagne a le plus gros gisement de déchets issus des exploitations d’élevage de France et un faible taux de collecte. Au niveau national, pour les films agricoles usagés d’élevage, le taux de collecte atteint 55 %. En Bretagne, il est de 45 % en Ille-et-Vilaine, de 35 % dans le Morbihan et de 15 % dans le Finistère et les Côtes d’Armor. Pour les ficelles et les filets de balles rondes, le taux de collecte est de 15 % pour les 4 départements bretons (moyenne nationale 28 %).

Pour la collecte des EVPP, Adivalor a rappelé que la collecte ne concerne que les emballages correctement rincés et égouttés. Pour des raisons de sécurité, les distributeurs et entreprises de collecte refusent tous les emballages souillés.

Qu'est-ce qu'Adivalor ?

Adivalor (Agriculteurs, distributeurs, industriels, pour la valorisation des déchets agricoles) est un éco-organisme, société sans but lucratif,  dédié à la gestion de la fin de vie des déchets agricoles. Adivalor a été créé en 2001 par la profession agricole. Il définit les modalités techniques de gestion des différents intrants agricoles en fin de vie, du tri chez l’agriculteur jusqu’au traitement final. Le fonctionnement de la filière repose sur le principe de responsabilité partagée entre l’ensemble des professionnels de l’agro fourniture :

- les utilisateurs professionnels (principalement les agriculteurs) qui trient, préparent et apportent les déchets,

- les opérateurs de collecte (coopératives et négociants, mais également concessionnaires, Cuma, entreprises de travaux agricoles) réalisent la collecte,

- les metteurs en marché, industriels ou importateurs contribuent au financement des différents programmes de collecte et de valorisation via une éco contribution spécifique.

Les chambres d’agriculture et d’autres organismes agricoles contribuent à l’organisation et à l’information des collectes.

Quelques règles de préparation des emballages et plastiques usagés

› Préparer les déchets au fur et à mesure, toute l’année, pour gagner du temps.

› Les déchets mélangés ne sont pas recyclés. Il s’agit donc de bien trier ses déchets pour pouvoir les valoriser (pas de mélange films ensilage / enrubannage, ficelles / filets,…).

› Collecte en sacs de collectes transparents Adivalor (à retirer chez les distributeurs).

› Appliquer la règle d’ORES pour les bidons : Ouverts, Rincés, Égouttés et Secs !

› La traçabilité se met en place.

 

Pour les films de paillage (échalote) :

› Déposer les films en fin de matinée, car la rosée contribue à l’augmentation de la souillure.

› Retirer les végétaux présents sur les planches plastiques avant de les retirer et les rouler.

› Rouler les plastiques dans un sens qui fera tomber les résidus végétaux présents.

En chiffres

› En 2016, plus de 70 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés ont été recyclés.
Plus de 60 000 t d’émission de CO2 ont été ainsi évitées.

› En France, ce sont 300 000 agriculteurs apporteurs qui participent activement à la valorisation des déchets issus de leur activité.

› 1 300 opérateurs de collecte, à 90 % coopératives et négociants agricoles.

› 330 metteurs en marché contributeurs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité