Aller au contenu principal

Combattre les inégalités entre jeunes ruraux et jeunes urbains

Dans un avis voté le 11 janvier, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) formule plusieurs propositions en faveur des jeunes dans les territoires ruraux, pour répondre aux besoins spécifiques de cette population en l’absence aujourd’hui de réelle politique dédiée.

"C’est dans les territoires où l’on a le plus besoin des jeunes pour imaginer l’avenir, dans l’ancienne diagonale du vide, qu’ils sont paradoxalement les moins pris en compte" , commente Bertrand Coly, rapporteur avec Danielle Even de l’avis voté par le Cese le 11 janvier sur la place des jeunes dans les territoires ruraux. Il existe en effet des besoins propres . ces 1,6 million de jeunes de 15 . 30 ans vivant en milieu rural. En matière d’insertion professionnelle notamment, en dépit d’une performance plus grande de l’école rurale jusqu’à la 3e , les jeunes ruraux sont plus nombreux à choisir une voie professionnelle, et moins nombreux à faire des études longues (7,5 % sont diplômés d’un troisième cycle, contre 15,4 % des jeunes urbains). Ils sont également très impactés par les questions de mobilité qui les pénalisent dans la recherche d’un emploi. Que ce soit dans la formation ou pour la mobilité, l’inégalité entre les sexes est plus forte en milieu rural, ce qui se traduit par le fait que les femmes constituent 61 % des demandeurs d’emploi, contre 50 % dans les zones urbaines. Enfin, les jeunes ruraux souffrent, à l’instar de l’ensemble de la population rurale, d’une offre de services de proximité moindre et mal adaptée, au niveau de l’accès aux soins, à la culture ou aux loisirs.

Compétence jeunesse territorialisée obligatoire

Les élus ont leur rôle à jouer pour insuffler une dynamique, en particulier à une période de profonds changements au niveau de l’organisation territoriale. Le Cese préconise ainsi de rendre obligatoire une compétence jeunesse territorialisée au sein des communautés de communes, pour qu’elles structurent leur actions "Jeunesse" au sein d’un Projet Jeunesse de territoire, sur le modèle des Projets éducatifs de territoire. Cette compétence permettrait de favoriser les diagnostics territoriaux face à un manque criant de données statistiques, et de mobiliser les espaces locaux pour une plus grande participation des jeunes à la vie des territoires ainsi qu’à leurs instances. Le Cese propose par ailleurs de créer une démarche de campus ruraux pour accompagner les porteurs de projets dans leur innovation et dans leur mise en oeuvre. Les contrats de ruralité permettraient également de décliner, avec des fonds dédiés, les engagements nationaux en faveur des jeunes ruraux, sur toutes les dimensions (égalité des genres, formation, logement, apprentissage du permis de conduire, santé, etc.).

 


Mettre en place une politique jeunesse dans les collectivités rurales

Pourquoi cet avis du Cese ?

Danielle Even. Nous avons répondu à une saisine du Premier ministre, alors que le gouvernement a depuis le début mis la jeunesse dans ses priorités. Nous avons souhaité apporter des solutions à cette problématique de la jeunesse dans les territoires ruraux, dans la diagonale du vide, cette zone à très faible densité de population qui s’étend de la Meuse jusqu’aux Landes, où les territoires ruraux déjà moins pourvus en population sont aussi moins pourvus en services publics. C’est un cercle vicieux qu’il faut rompre, et c’est pour cela qu’à un moment où les collectivités se renforcent, il faut en profiter pour mettre en place une politique jeunesse, avec des entrées très structurées, transport, services, équipement, etc., et en faire un ferment collectif pour que les choses avancent.

Est-ce une double peine pour des territoires ruraux qui considèrent parfois être laissés pour compte des politiques publiques, et qui ont besoin de maintenir les jeunes sur leur territoire ?

D.E. On peut éventuellement l’exprimer comme ça, mais il ne faut pas non plus oublier la grande diversité des territoires ruraux, entre eux et même au sein d’un même territoire. Pour autant, nous avons effectivement relevé un certain nombre de constats valables pour l’ensemble de ces zones, en matière d’égalité homme/femme, d’accès au droit, à la culture, aux loisirs, de mobilité, de choix de métier, etc.

Est-ce encore plus important pour l’agriculture ?

D.E. Les jeunes agriculteurs ne sont pas très différents de leurs jeunes collègues ruraux, ils ont les mêmes besoins et les mêmes attentes, ils restent travailler sur le territoire, mais il est vrai que plus ils s’installent, plus il y a d’activité et plus le territoire est vivant. Les jeunes agriculteurs aujourd’hui aspirent à un certain nombre de services, ce qui en fait une nécessité pour le maintien de cette activité économique.


 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Monotraite : Serge Hochet ne reviendrait pas en arrière
Dans le cadre des rendez-vous techniques bio, des éleveurs de la région témoignent de leur expérience. À l’EARL des Genêts, à…
innovation - Parc au sol : les lapins ont désormais leur loft
Les sociétés miXscience et Sanders du groupe Avril ont travaillé en partenariat avec le groupement Evilap et l'abattoir SNV à un…
Bien-être en poulet de chair, l’équation impossible ?
Danger ou opportunité ? La question du bien-être est au coeur des préoccupations de la filière avicole. Quelles évolutions et…
"Un demandeur d’emploi sur deux change de branche d’activité"
Pôle emploi Bretagne et l’Anefa (Association nationale emploi formation en agriculture) organisent, aux côtés de leurs…
La réduction des phyto au cœur d’un échange avec les lycées agricoles
Quatre classes de lycées agricoles bretons ont pu participer à un temps d’échange autour de la réduction des produits…
Rendez-vous techniques bio du 5 au 7 octobre
Les chambres d’agriculture de Bretagne vous proposent des Rendez-vous dans différentes filières de production, pour vulgariser…
Publicité