Aller au contenu principal

Confédération paysanne : des aides spécifiques aux petites fermes

Laurent Leray, secretaire national
en charge du pôle élevage, Laurent Pinatel, porte-parole et Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale.
Laurent Leray, secretaire national
en charge du pôle élevage, Laurent Pinatel, porte-parole et Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale.
© Terra

En marge du Space, la conférence de presse de la confédération paysanne a ouvert le dossier de la PAC.

D'une seule voix, Laurent Pinatel, porte-parole national du syndicat et Laurent Leray, secrétaire national en charge du pôle élevage le répètent : "la priorité est la préservation de l'élevage". La confédération paysanne préconise le scénario trois de la Pac (convergence à 100 % en 2019 et paiement redistributif sur les 52 premiers hectares, avec une enveloppe de 30 %, appliqué avec la transparence des GAEC). Un choix dont la ligne directrice "favorise l'emploi et l'élevage", estime Laurent Pinatel.

"Les autres syndicats défendant l'élevage recommandent également le scénario trois", reconnaît Laurent Pinatel. Et d'ajouter : "nous aurons sans doute des divergences sur les seuils d'accès mais c'est intéressant d'avoir des alliés". La confédération paysanne estime que ce choix "devra être accompagné d'aides couplées aux productions défavorisées (élevage, fruits et légumes…) et un budget conséquent pour favoriser le développement rural". Le syndicat propose à la France de "transférer 15 % des fonds du 1er vers le 2e pilier pour mettre en place des MAE". Par ailleurs, les élus reviennent sur la convergence totale des droits à paiement de base en base en 2019 en demandant à ce que "tous les hectares agricoles du territoire national en soient dotés, y compris les parcours et les surfaces viticoles". Ils insistent également sur la reconnaissance des petites exploitations en sollicitant "des mesures spécifiques et adaptées aux petites fermes notamment des aides couplées". Ils énumèrent l'élevage avec une prime au maintien de troupeaux ruminants (paiement dégressif et plafonné selon le nombre d'animaux et en fonction du nombre d'UTH), les fruits et légumes avec une aide de 2000 euros par ha et par paysan sur les 5 premiers ha, et les protéines avec une aide aux cultures de légumineuses dans le cadre de l'autonomie protéique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité