Aller au contenu principal

Confédération paysanne : des aides spécifiques aux petites fermes

Laurent Leray, secretaire national
en charge du pôle élevage, Laurent Pinatel, porte-parole et Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale.
Laurent Leray, secretaire national
en charge du pôle élevage, Laurent Pinatel, porte-parole et Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale.
© Terra

En marge du Space, la conférence de presse de la confédération paysanne a ouvert le dossier de la PAC.

D'une seule voix, Laurent Pinatel, porte-parole national du syndicat et Laurent Leray, secrétaire national en charge du pôle élevage le répètent : "la priorité est la préservation de l'élevage". La confédération paysanne préconise le scénario trois de la Pac (convergence à 100 % en 2019 et paiement redistributif sur les 52 premiers hectares, avec une enveloppe de 30 %, appliqué avec la transparence des GAEC). Un choix dont la ligne directrice "favorise l'emploi et l'élevage", estime Laurent Pinatel.

"Les autres syndicats défendant l'élevage recommandent également le scénario trois", reconnaît Laurent Pinatel. Et d'ajouter : "nous aurons sans doute des divergences sur les seuils d'accès mais c'est intéressant d'avoir des alliés". La confédération paysanne estime que ce choix "devra être accompagné d'aides couplées aux productions défavorisées (élevage, fruits et légumes…) et un budget conséquent pour favoriser le développement rural". Le syndicat propose à la France de "transférer 15 % des fonds du 1er vers le 2e pilier pour mettre en place des MAE". Par ailleurs, les élus reviennent sur la convergence totale des droits à paiement de base en base en 2019 en demandant à ce que "tous les hectares agricoles du territoire national en soient dotés, y compris les parcours et les surfaces viticoles". Ils insistent également sur la reconnaissance des petites exploitations en sollicitant "des mesures spécifiques et adaptées aux petites fermes notamment des aides couplées". Ils énumèrent l'élevage avec une prime au maintien de troupeaux ruminants (paiement dégressif et plafonné selon le nombre d'animaux et en fonction du nombre d'UTH), les fruits et légumes avec une aide de 2000 euros par ha et par paysan sur les 5 premiers ha, et les protéines avec une aide aux cultures de légumineuses dans le cadre de l'autonomie protéique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Marché foncier en croissance, des prix qui continuent de progresser
Un an de crise sanitaire n'auront pratiquement eu aucune incidence sur l'activité du marché foncier et de la Safer. Mieux, le…
Choucas : du blé pour camoufler le maïs
Ravageurs, désherbage du maïs et pression des maladies sur céréales…, programme dense à la réunion bout de champ Agrocultures,…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité