Aller au contenu principal

Confédération paysanne : pour une agriculture moderne et solidaire

Une agriculture qui rémunère correctement des paysans nombreux sur le territoire, tout en leur offrant des conditions de travail acceptables sur des exploitations à taille humaine : tel est le programme que la Confédération paysanne défend pour les élections à la chambre d'agriculture.

Avec 9 femmes et 11 hommes, âgés de 29 à 60 ans, la liste de la Confédération paysanne se veut représentative de l'agriculture finistérienne, dans toute sa diversité.
Avec 9 femmes et 11 hommes, âgés de 29 à 60 ans, la liste de la Confédération paysanne se veut représentative de l'agriculture finistérienne, dans toute sa diversité.
© Confédération paysanne

Avec 9 femmes et 11 hommes, la liste de la Confédération paysanne aux élections à la chambre d'agriculture se veut "paritaire, représentative de l'agriculture départementale, avec du lait, du porc, de la viande bovine, des chèvres, des fruits, du maraîchage... et un pêcheur à pied, en bio et conventionnel, circuit court et circuit long".

Des paysans nombreux

Fortement renouvelée, elle va maintenant défendre son projet, "des paysans nombreux, qui vivent bien de leur travail". Et de s'insurger d'abord contre le SDREA, le schéma directeur régional des structures agricoles, "qui ne donne plus la priorité aux installations mais favorise restructuration et agrandissement". Pourtant, la Confédération paysanne en est convaincue, "si on veut installer des jeunes, il faut leur permettre un accès au foncier". Le syndicat veut aussi mieux accueillir les jeunes non issus du milieu agricole, "en les aidant à s'intégrer". Et étendre les aides à l'installation aux candidats de plus de 40 ans.

"Il faut favoriser une agriculture où le paysan soit autonome sur sa ferme, rajoute Jérôme Jacob, producteur de porcs à Quimper. Et des exploitations à taille humaine. Les grosses structures concentrent l'argent public, aides Pac ou à l'investissement. Ces sommes pourraient être réparties différemment, à l'actif plutôt qu'à la surface". "Le système actuel n'est pas durable, rajoute Marie-Cécile Conq, productrice de fraises à Landunvez. Les agriculteurs sont débordés de travail".

Un revenu par la gestion des volumes

La Confédération paysanne plaide aussi pour une gestion des volumes, "seule solution pour avoir un revenu, estime Benoît Collorec, producteur de lait à Hanvec. Aujourd'hui, les industriels préfèrent un peu de surproduction plutôt que nous payer nos produits à leur juste prix". Le syndicat veut donner la priorité au marché intérieur. "L'export est aléatoire, rappelle la tête de liste, en évoquant les dossiers Doux ou Synutra. Et bien souvent, il déséquilibre l'agriculture locale".

La méthanisation ? "C'est une solution à un problème énergétique, pas une solution pour l'agriculture, estime Ronan Le Cléach, producteur de lait à Tréméoc. Elle nécessite de très gros capitaux et ne s'adresse qu'à une minorité d'éleveurs. Et on proposera quoi aux autres quand les industriels baisseront leurs prix d'achat, au prétexte que certains auront pu diminuer leur coût de production grâce à la méthanisation ?" Et de faire un parallèle avec le Brésil, où le prix des terres a flambé suite au boom du bio-éthanol. "L'agriculture doit produire de la nourriture pour les humains, pas pour alimenter les méthaniseurs".

Montée en gamme

"Si on nous avait écouté il y a 30-40 ans, on n'en serait pas là". Pour Jérôme Jacob, L 214 et les autres associations du même genre "sont nés de l'intensification, de l'industrialisation de l'agriculture". Et de plaider pour que cette dernière réponde aux demandes sociétales, en termes d'environnement, de bien-être animal, de qualité des produits... "Noius sommes prêts à monter en gamme. Mais il faut que le consommateur accepte de payer plus", rajoute Marie-Cécile Conq.

 

Liste du collège des exploitants

 

1 - Benoît Collorec, Hanvec

2 - Ronan Le Cléach, Tréméoc

3 - Gaëlle Kerléguer, Trégarvan

4 - Jean-François Conan, Guilligomarc'h

5 - Christophe Sammiez, Briec

6 - Armelle Gélébart, Plourin

7 - Stéphane Brélivet, Dirinon

8 - Monique Jannès, Saint Evarzec

9 - Alice Blaimont, Kerlaz

10 - Pierre Quéniat, Guerlesquin

11 - Jérôme Jacob, Quimper

12 - Marie-Cécile Conq, Landunvez

13 - Christophe Ulve, Rédéné

14 - Marie-Christine Boussard, Landévennec

15 - Simon Tonin, Landévennec

16 - Bastien Moysan, Daoulas

17 - Marie-Annick Guiffès, Saint Goazec

18 - Claude Lefebvre, Bannalec

19 - Mado Kerglonou, Lampaul Ploudalmézeau

20 - Jean-Charles Huon, Plouigneau

 

 

 

Les retraités aussi

 

La Confédération paysanne présente aussi une liste au collège des anciens exploitants. Titulaire, Bernadette Grall, Plouvorn, est accompagnée de Loïs Stervinou, Saint Goazec, et Yvette Quéméner, Landévennec.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
"Une démarche remplie d’espoir et de sens"
Quatre ans après la création de "C’est qui le patron ?!", son fondateur, Nicolas Chabanne, revient sur l’évolution de la marque…
Pompiers volontaires : Laïta favorise l’engagement de ses salariés
Une convention avec le Sdis 29 l’a officialisé : Laïta va octroyer jusqu’à 10 jours par an à ses salariés sapeurs-pompiers…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
Les agriculteurs sous la loupe de l'Insee
Les chiffres agricoles de l'Insee confirment les impressions du terrain mais alertent sur la baisse du nombre d'agricultrices. En…
Publicité