Aller au contenu principal

Contrôle laitier : les Côtes d'Armor disent "Oui" à la fusion

1937… 2008, le Contrôle laitier des Côtes d'Armor cède sa place à Bretagne Contrôle laitier Ouest. Une fusion votée majoritairement lors de l'ultime assemblée générale, le 17 juin dernier.

79 voies "pour", 4 voies "contre" et 2 blancs : après 70 années de vie, le Contrôle laitier des Côtes d'Armor n'est plus. Place à Bretagne Contrôle laitier Ouest (BCLO). Réunis en assemblée générale extraordinaire, le 17 mai dernier, les 85 délégués de secteurs présents ont voté en faveur de la fusion des 3 contrôles laitiers : Côtes d'Armor, Finistère et Morbihan. Préalable obligatoire à la fusion, la structure départementale a ainsi été dissoute avant que soit approuvé la remontée du patrimoine vers la structure receveuse, à savoir le Morbihan. "C'est à partir du 1er juillet 2008, sous condition du résultat du vote des 2 autres départements, que tout commencera pour BCLO", précise Joseph Langlais, président de Bretagne Contrôle laitier Côtes d'Armor. Initié, il y a maintenant 2 ans, le projet de rapprochement s'est accéléré en 2007. La date d'effet de la fusion, sur un plan comptable, a été fixée au 1er janvier 2008. Restait la partie juridique et sociale.
7 500 adhérents répartis sur 8 secteurs
BCLO, c'est 7 500 adhérents, 372 800 vaches laitières contrôlées, l'équivalent de 70% de la production laitière régionale. Plus de limites départementales, 8 secteurs ont été redessinés, chaque secteur regroupant entre 900 et 1 000 adhérents, suivis par 25 conseillers d'élevage et 40 agents de pesée, pour le contrôle de performances. 4 antennes se répartissent sur le territoire : Morlaix, Carhaix, Plérin et Locminé. Locminé (56) devenant le siège social de la nouvelle entité et Plérin, le siège administratif. A côté de Stéphane Lambert, son directeur général, un président et 3 vice-présidents sont élus au sein d'un bureau de 9 membres. Pas moins de 650 salariés sont employés.
Les bretons précurseurs
Vincent Andrieu, président de France Contrôle laitier, a exprimé sa satisfaction à l'issue du vote costarmoricain. Dans un contexte dominé par la réduction du nombre des élevages laitiers mais aussi la modification des règles de concurrence et du dispositif génétique français, "c'est une joie de célébrer un acte fort au travers de cette union de moyens". Peu inquiet pour l'avenir de cette région, il a confié sa préoccupation envers les zones où la déprise laitière est aujourd'hui forte.
BCLO, c'est d'abord des missions, allant du contrôle de performances au conseil technique et économique indépendant de la vente d'intrants et d'aliments, en passant par la création de références techniques et la défense des intérêts collectifs des éleveurs. Quoiqu'il en soit, c'est une seule et même réponse qui sera adressée par la nouvelle structure à l'appel d'offre sur les contrôles de performances.
Quant est-il des économies d'échelle ? "Cette fusion nous permettra à terme, d'ici 5 à 8 ans, de juguler les charges. C'est là le moyen d'ouvrir une carte de service suffisamment large pour répondre aux besoins des éleveurs", a expliqué Joseph Langlais, qui s'est engagé à maintenir des relations fortes de proximité.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité