Aller au contenu principal

Crise agricole :"L'Europe a fait des choix impardonnables"

Le président de la chambre d'agriculture reproche à l'Europe d'avoir organiser la crise des prix agricoles qui sévit depuis des mois très durement dans la majorité des filières.

Olivier Allain, président de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor.
Olivier Allain, président de la chambre d'agriculture des Côtes d'Armor.
© terra

Selon vous qui sont les responsables de cette crise profonde de l'élevage ?
Olivier Allain. On ne le dit pas forcément dans la presse mais ce que l'on vit aujourd'hui est d'abord un problème européen. Ce qui arrive est tout sauf un hasard. Il y a environ 15 ans, le choix des chefs d'Etat était de supprimer les outils de gestion des marchés, des outils efficaces. Malheureusement, l'Europe a fait des choix impardonnables et insconscients. En réalité, on a tout bonnement organisé la désorganisation ! Et aujourd'hui, nous en constatons les dégâts.
Le 7 septembre prochain se tient à Bruxelles un conseil exceptionnel des ministres de l'Agriculture. Des mesures seront-elles annoncées ?
O.A. A priori, il n'y a pas grand chose à attendre de cette réunion. Je suis assez pessimiste. Vu l'état d'esprit de la Commission européenne, je suis dubitatif sur l'évolution des choix. Maintenant que l'on a supprimé les restitutions, les quotas, l'intervention publique..., quelque soit le plan de soutien, cela ne remplacera jamais une politique de prix. Un manque à gagner de 15 ct/kg équivaut à 517 millions d'euros rien qu'en production porcine pour couvrir les charges et réinvestir. Il faut marteler que les prix des produits agricoles actuellement - les mêmes qu'il a 30 ans - n'ont pas de sens !
Que faire alors pour endiguer l'hémorragie ?
O.A. Les prix toujours bas à la consommation sont mortifères. Le ministre de l'Agriculture a pris une mesure de limitation des promotions qui va dans le bon sens. Il faut désintoxiquer le consommateur des promos permanentes. Par ailleurs, je pense qu'il faut explorer la possibilité d'appliquer un prix minimum à la consommation sur quelques produits phare, comme le steack hâché par exemple. Un prix minimum pourrait créer de la valeur, répercutée in fine aux éleveurs. Le fonds de garantie proposé par la FNP va dans le même sens de création de valeur. Il faut, aujourd'hui, être pragmatique et agir vite !

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Bale grazing, une autre façon de nourrir dehors les animaux en hiver
Inspiré de techniques néo-zélandaises, le bale grazing consiste à disposer de l’ensilage ou du foin dans une parcelle, qui…
Les méthaniseurs bretons défendent un modèle agricole
L'Association des agriculteurs méthaniseurs bretons s'est réunie au Lycée la Touche à Ploërmel (56). Avec les trois quarts d'…
Les producteurs de lait exigent des hausses de prix
Alors que les négociations commerciales avec la grande distribution battent leur plein, les producteurs de lait sont venus…
Agriculture, quelles stratégies bas carbone ?
Mobiliser les acteurs du territoires sur la diminution de leur empreinte en matière de GES, gaz à effet de serre. C’est tout l’…
Les zones d’ombre des nouveaux textes sur les ZNT
Le ministère de l’Agriculture a mis en consultation le 21 décembre deux textes réglementaires sur les zones de non-traitement (…
L'élevage aux abois, étranglé par l’absence de prix et l’envol des charges
Beaucoup de jeunes installés. Après le rassemblement de plus de 300 producteurs de porcs jeudi, pour demander des aides d’urgence…
Publicité