Aller au contenu principal

Crise bretonne : la réponse de l'État

En passant toute la journée du 5 novembre dernier à la préfecture de Région, à Rennes, Stéphane Le Foll et Guillaume Garot ont envoyé un signal fort à tous les acteurs économiques bretons. Loin de la fronde des bonnets rouges, le ministre de l'agriculture souhaite que le pacte d'avenir offre un rebond à la Bretagne, et notamment à son agriculture et son industrie agro alimentaire. Agroécologie, innovations, modernisation des outils... La Bretagne a des atouts. A ses acteurs de se mobiliser.

© Terra

Autant le monde agricole avait été unanime lors de la venue du premier ministre au Space, pour dénoncer une visite "au pas de charge", autant vendredi dernier, toutes les personnes croisées à la préfecture, saluaient l'investissement de Stéphane Le Foll et de Guillaume Garot, qui ont enchaîné les réunions de travail toute la journée. Echange avec le président de la Région Bretagne et le président de la chambre régionale d'agriculture, rencontre régionale de la Banque publique d'investissement, déjeuner avec les organisations syndicales régionales, rencontre avec les représentants des salariés de Tilly Sabco et enfin rencontre avec les organisations professionnelles agricoles régionales, les réunions se sont enchaînées dans une préfecture où micros, caméras et appareils photos se bousculaient. Après tout ces temps de dialogue, le ministre ne pouvait pas repartir sans annonces. Ces dernières sont de différents ordres. La première concerne l'enveloppe européenne du Feader. "Sur la période 2014-2020, l'enveloppe pour la Bretagne pour le développement rural va être doublée", a ainsi annoncé le ministre. Elle passera de 175 millions à 368 millions d'euros. Par ailleurs, la BPI a d'ores et déjà prévu  de fournir 450 millions d'euros pour soutenir la trésorerie des entreprises agroalimentaires en difficulté et 550 millions seront utilisables pour la modernisation et soutenir des projets d'investissement, à travers des crédits d'état. "C'est ce potentiel de développement que nous analysons et il y a déjà une quarantaine d'entreprises qui se sont manifestées", a ajouté Stéfane Le Foll, pour qui ces investissements représentent autant de perspectives d'emplois. A ce milliard d'euros, porté par la BPI, on peut ajouter les fonds qui seront disponibles par le biais du contrat de plan Etat-Région.

 

Une bourse pour l'emploi

Pour faire face à l'urgence et à la détresse des salariés licenciés de Gad, le ministre de l'agroalimentaire a annoncé la création d'une bourse pour l'emploi. "Nous sommes allés au devant des entreprises de l'agroalimentaire du Finistère , dont je salue au passage l'engagement", a souligné Guillaume Garot. Résultat ? 320 emplois sont proposés aux anciens salariés de Gad : 30 chez Sill, 60 chez Even, 30 chez Triskalia, et 200 en production porcine.

Sur la question des restitutions, le ministre de l'agriculture a réaffirmé que l'avenir se fera sans aides à l'export, comme annoncé depuis plusieurs années. "Pour autant la filière volaille a un vrai potentiel et des perspectives. Ce qu'il faut, c'est trouver comment assurer la transition entre aujourd'hui et les six prochains mois".

Enfin, interrogé sur le mouvement des bonnets rouges, le ministre de l'agriculture s'est montré intransigeant, à l'image des propos du premier ministre. "On est là pour mobiliser les énergies. Quand on veut construire, il faut être capable de discuter", a-t-il conclu.


Réunion avec les parlementaires décalée

La réunion programmée avec le préfet et tous les parlementaires bretons mardi 12 novembre a été repoussée à jeudi 14 novembre. Les grandes lignes du pacte d'avenir se dessinent donc de jour en jour. Les modalités de son application sont en cours de réflexion dans les différentes réunions. D'ici trois à quatre semaines, tout doit être bouclé pour que le premier ministre vienne signer le pacte en Bretagne.

 

Xavier Beulin pour l’exonération de l’écotaxe

D'autres régions que la Bretagne semblent gagnées par les mouvements de colère des agriculteurs, conjointement avec d’autres professions, contre l’écotaxe mais aussi leur situation en général. Cibles du mécontentement : les équipements nécessaires à la perception de cette taxe. Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, qui s’était initialement prononcé pour une suspension du projet fiscal a demandé, le 7 novembre, une exonération générale des filières agricoles, agroalimentaires et d’agrofournitures.

 

1000 bonnets rouges sous le portique

Entre 700 et 1000 personnes se sont massées sous le portique écotaxe de Jugon-les-lacs dans les Côtes d'Armor samedi dernier. Mais le dispositif des forces de l'ordre n'a pas cédé. Le discours des manifestants à bonnets rouges reste le même: "la Bretagne ne veut pas de l'écotaxe et ira jusqu'à Paris ou Bruxelles pour se faire entendre".

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le Finistère surfe sur le Bien manger
Après avoir lancé son PAT, projet alimentaire de territoire, le Finistère a continué sur sa lancée, en faisant de 2020 l’année du…
Bovins mutilés : comment agir ?
Depuis plusieurs mois, des faits de mutilations de chevaux ont été signalés un peu partout en France et font régulièrement la Une…
Légumes de conserve, gérer la variabilité et le prix juste
Une campagne mitigée avec une tendance aux moindres performances des légumes en conserve et surgelé. La Bretagne n’échappe pas au…
Tout Feu Tout Frais traque additifs, conservateurs, colorants et arômes
À Plabennec (29), voilà 20 ans déjà que Brédial et sa marque Tout Feu Tout Frais traquent sans relâche additifs, conservateurs,…
Une farine pleine de promesses
Produire une farine à base de blé issue d‘une agriculture locale et raisonnée, tout en répondant aux attentes du consommateur,…
Les ministres trouvent un accord sur la future PAC

Le 21 octobre à l’aube, les ministres de l’Agriculture des 27 sont parvenus à un accord sur la prochaine PAC qui ouvre la…

Publicité