Aller au contenu principal

d'aucy, un appétit de marques

Plus de 1000 personnes réunies au siège, à Theix (56), le groupe d'aucy a choisi de faire les choses en grand pour évoquer ses résultats, sa stratégie et ses projets. Le rendez-vous qui s'est déroulé le 16 juin dernier a été baptisé "événement unique", tout simplement parce que c'en était un... à la hauteur de ses ambitions.

Alain Perrin, directeur général du groupe d'aucy et Serge Le Bartz, président.
Alain Perrin, directeur général du groupe d'aucy et Serge Le Bartz, président.
© Terra

Jamais la coopérative n'avait déployé une telle énergie à communiquer vers ses adhérents mais aussi ses salariés et ses partenaires-clients. Une raison à cela, l'annonce de l'ouverture prochaine du capital de la holding du groupe à ses adhérents et salariés. Les modalités de ces prises de participation seront précisées en décembre au moment de l'assemblée générale. Cet "acte fondateur", que seules trois coop françaises ont jusque là opéré, est accompagné d'un geste en direction des adhérents par une ristourne de 2,2 millions d'euros, mais il est surtout le signe d'une ambition affichée par le groupe, "s'étendre à l'international en rachetant des marques régionales" a répété son directeur général Alain Perrin, lors d'un point presse le 23 juin, en évoquant "un enjeu majeur". "On regarde en France et en Europe pour des acquisitions à fin 2017" a précisé le directeur général de d'aucy, qui prend acte avec une forme d'amertume du fait que la proposition de reprise de rachat par d'aucy de William Saurin, la branche conserve plats cuisinés de la FinancièreTurenne Lafayette n'ait pas été retenue. Quà cela ne tienne, les responsables de d'aucy, à commencer par son président Serge Le Bartz sont convaincus que d'autres marques seront intéressées par une offre d'aucy. Mais il faudra y mettre les moyens, d'où cette ouverture de capital. Et la volonté d'y parvenir est plus que perceptible, portée aussi par les résultats jugés positifs, en commençant par un abaissement de l'endettement de 94 millions d'euros en deux ans, dont 43 millions en 2016. Les capitaux propres se renforcent 288 millions d'euros, tandis que le chiffre d'affaires atteint 1,2 milliards d'euros ( 1, 3 milliards en 2015) pour un résultat net positif à 12,3 millions d'euros, contre 14, 2 millions en 2015...Le tout dans une année "compliquée", à laquelle le groupe breton n'a pas si mal résisté compte tenu des aléas climatiques et conjoncturels en céréales et du contexte du Brexit (avec 3 millions d'euros de perte sur le marché britannique depuis le référendum de juin 2016).

Oeufs et légumes de longue conservation

Désormais délesté de sa branche porcs avec la fermeture de Gad Lampaul Guimiliau fin 2013 et la reprise de Gad Josselin par Agromousquetaire fin 2014, le groupe Cecab rebaptisé d'aucy en 2015 s'est recentré sur ses métiers de l'oeuf et du légume industrie, dans lesquels il continue d'opérer des changements stratégiques... et 27 millions d'euros d'investissements en 2016 (et 30 à 35 millions en 2017). En oeuf, il a créé cette année la marque Cocotine à destination de la restauration hors domicile, dans une stratégie de "recherche de valeur". 300 millions d'oeufs (sur le milliard d'oeufs produits) sont transformés en ovoproduits et conditionnés en petits volumes (de 2 à 5 litres), pour répondre à tous les segments de marché, y compris en frais (21 jours) et en extra frais (8 à 10 jours). Pour ce faire, de lourds investissements ont été engagés cette année à Ploërmel (56) pour transférer la casserie située en ville vers le site de la PEP zone de Carmagnon. En oeuf toujours, les éleveurs doivent cette fois composer avec les nouvelles exigences des distributeurs qui passent ou veulent passer de l'oeuf coquille code 3 (cages) à de l'oeuf de poules au sol, en parcours et/ou bio. "Il faudra laisser du temps au temps pour que la production s'adapte" a insisté le président Serge Le Bartz en évoquant l'accompagnement par la coop de la transformation des élevages.

En légumes de longue conservation, qui constituent 40 % du chiffre d'affaires du groupe (486 millions d'euros en 2016), l'ambition est très claire : "s'étendre à l'international" alors que "le marché mondial est amené à croître", même s'il régresse en France, en Espagne ou en Grande Bretagne. Le groupe dispose d'une marque pour cela, d'aucy, et d'une forte présence en GMS sous marque distributeur (80 % des volumes transformés dans les usines du groupe), mais aussi d'une présence forte sur les marchés de l'est de l'Europe avec la marque Globus. Plus de 50 % des surfaces bretonnes cultivées en légumes industrie sont dédiés à une transformation par le groupe qui revendique aussi une très forte présence en légume bio, plus de 1000 ha sur les 10 000 hectares en légumes pour la transformation. Une réalité avancée comme une preuve de l'attention portée par l'entreprise aux enjeux sociétaux et aux nouvelles attentes des marchés. C'est aussi dans cette approche que 8 à 10 millions d'euros seront investis dans la construction d'un usine d'épuration des eaux et d'une unité de méthanisation adossées à la conserverie morbihannaise (Lanvénégen - 56). Autant de nouvelles approches que le groupe a consignées dans un  rapport d'engagement qui détaille les nombreuses intiatives prises pour répondre à la devise de d'aucy : "demain se nourrit aujourd'hui".

Repères
Le groupe d'aucy compte
- 9 000 agriculteurs coopérateurs
- 4 300 salariés
- 30 sites de production
- 4 branches : amont (agro fourniture/collectede céréales/ légumes/ nutrition animale/ production animales en dindes, ponte, bovins et porcs), appertisés d'aucy long life (légumes et plats cuisinés) œufs snaking,viande (lardons avec Cedro)
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Fébrilité de la filière à l’approche de la fin de la castration à vif
À l’occasion de son assemblée générale, la Fédération nationale porcine (FNP) a demandé un changement de la grille de paiement de…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
L'agriculture se glisse entre les deux tours
Les FDSEA et JA de Bretagne avaient, dès la publication des listes de candidature pour les élections régionales, invité les…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Publicité