Aller au contenu principal

De la paille pour loger 400 truies

Ciel bleu, grand soleil et galette-saucisse, l'ambiance était idéale pour découvrir le nouveau bâtiment des truies gestantes, sur l'élevage de Peggy et Jean-Marie Josselin à Ploubalay. Les éleveurs ont troqué la conduite en petites cases et bat-flancs des gestantes contre une conduite dynamique au Dac, sur paille.

D'un côté les multipares, de l'autre les cochettes, au centre un couloir où circulent les visiteurs, surplombant les cases. Là, dans une ambiance calme, près de 400 truies vaquent à leur occupation en toute liberté. La plupart se repose sur les gisoirs, d'autres s'activent vers les DAC… Au fond du bâtiment, un gros stock de paille attend d'être distribué.

Au départ, la toute première idée des éleveurs ne coïncidait ni avec un bâtiment neuf, ni avec la paille mais avec la rénovation des deux bâtiments gestantes. Mais l'ancienneté des bâtiments et la gestion du lisier sous caillebotis sont apparues comme de vraies contraintes. "Après réflexion, il était plus simple de partir d'un bâtiment neuf", explique Peggy Josselin. "Après avoir visité des élevages, nous sommes tombés d'accord pour la paille mais à condition de ne pas avoir froid à l'intérieur et de simplifier le travail ". D'autres critères ont fait pencher la balance côté paille : l'image "naturelle" de la litière mais aussi la volonté des éleveurs de se soustraire à une éventuelle évolution de la réglementation "bien-être". Avec 2,25 m² par truie, l'élevage répond aujourd'hui au cahier des charges Welfare. Celui-ci est autonome en paille avec une surface de 30 ha de blé sur les 70 ha de culture.

Une adaptation différente entre multipares et primipares

Le bâtiment permet de loger 15 bandes de 26 truies en complément du bloc verraterie-gestante. Le projet a été pensé pour simplifier les tâches. Le bâtiment comprend onze stations Dac, dont 8 accessibles par les multipares, la séparation automatique des animaux, le raclage des aires de déjection vers la fumière, une griffe de paillage, une caméra et un système de mur isolant, emprunté à la production laitière, pour gérer l’ambiance du bâtiment d’élevage… Depuis avril 2012, les truies ont découvert leur nouveau logement. Le bâtiment en fonctionnement répond à leur attente, à une exception : l'apprentissage des multipares. Alors que les cochettes se sont adaptées sans problème aux nouvelles conditions d'élevage, les anciennes truies montrent des difficultés. Côté primipares, animaux et litière sont propres, car celles-ci dissocient zone de vie et zone de déjection. A l'inverse, "l'apprentissage des multipares est plus difficile", remarque Jean-Marc Cariou, technico-commercial à la Cooperl. La paille souillée en bout de gisoir est déplacé, non pas par les truies, mais manuellement vers l'aire raclée. Les éleveurs estiment à 2 cycles de truies, le rythme de croisière de l'élevage des truies gestantes.

Des outils empruntés à l'élevage laitier

Non, vous ne vous êtes pas trompés de bâtiment. Habituellement réservée aux élevages détenteurs d'un séchage en grange, une griffe suspendue au plafond, se déplace le long d'un rail pour pailler sans effort les cases des truies. Idem pour le système de gestion de l'ambiance. Conçu en ventilation statique, le bâtiment est encadré à gauche et à droite par des boudins gonflables. Ce système canadien, conçu pour les exploitations laitières, a été repéré par les éleveurs qui l'ont adapté à leur bâtiment. En fonction de la température extérieure, intérieure, de la vitesse et de la direction du vent, des boudins d'un diamètre de 15 cm, pilotés par un automate, se gonflent les uns après les autres, fermant petit à petit les côtés du bâtiment (équipés également de filets contre l'intrusion des oiseaux). L'avantage est que ce système isole aussi le bâtiment.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité