Aller au contenu principal

GVA de la Terre aux Îles
De la vulgarisation à la valorisation

Ils ont vulgarisé, désormais ils valorisent. Les initiales sont les mêmes pour ce nouveau GVA de la terre aux Îles. Mais l'évolution est profonde, même si les valeurs restent. Le changement dans la continuité des groupes de développement agricole se poursuit.

Pour le GVA de Plouay Cathy Thomazo et Hubert Le Masle, GVA de Port Louis Belz : Annie Jegousse et Henri da Silva, GVA de Hennebont Marie Armelle Perron et Guenaël Le Galliot ,GVA de Lorient Pont Scorff : Chrisitine Kermagoret et Anthony Kervorgant officialisant le Groupe de Valorisation Agricole de la terre aux îles
Pour le GVA de Plouay Cathy Thomazo et Hubert Le Masle, GVA de Port Louis Belz : Annie Jegousse et Henri da Silva, GVA de Hennebont Marie Armelle Perron et Guenaël Le Galliot ,GVA de Lorient Pont Scorff : Chrisitine Kermagoret et Anthony Kervorgant officialisant le Groupe de Valorisation Agricole de la terre aux îles
© CLC

 

Les 4 GVA d’Hennebont, Plouay, Port Louis Belz et Lorient Pont-Scorff ont acté leurs

dissolutions respectives fin février et ont décidé de mutualiser leurs moyens au sein d’une seule et même association le Groupe de Valorisation de l’Agriculture de la terre aux îles : un seul bureau, une cotisation unifiée sur un territoire allant de Plouay à Quiberon et de Languidic à Guidel. Continuer à "porter les valeurs des groupes de développement

agricoles, nous souhaitions moderniser et dynamiser nos actions", pointe le nouveau conseil d'administration. Deux ans auront été nécessaires pour faire advenir le GVA de

la terre aux îles. Il s’appuie sur un projet qui allie mutualisation des moyens et proximité.

Cette nouvelle association adhère au niveau départemental à Rés’Agri. «Tout seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin », répètent ses membres.

4 axes stratégiques

Au travers de cette nouvelle association, le GVA propose un lieu d’échange, d’écoute pour bien vivre son métier d’agriculteur et d’agricultrice. "Nous voulons aider les agriculteurs/trices à s’informer, à comprendre les enjeux pour anticiper et

décider en autonomie", enchaînent-ils. C'est les accompagner pour qu'ils pilotent leur entreprise : renforcer et créer les groupes techniques, groupes projets, traiter des sujets d’actualité souhaités par les adhérents (être réactif, innovant) par des réunions, formations, bout de champ… et conforter, acquérir de nouvelles compétences. Ils veulent également faire connaître leur métier, être acteur du territoire, et transmettre les

valeurs du monde rural.

Avec près de 350 agriculteurs au sein de 200 exploitations adhérentes, 9 groupes spécialisés proposent un programme d'actions qui s’enrichiront de projets sur les protéines ou la méthanisation.

 

Claire Le Clève

Accroche : «Tout seul on va plus vite mais à plusieurs on va plus loin »,

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
La méthanisation, bonne pour la planète ?
Eau, air sol…, quels services ou pas, leur sont rendus par la méthanisation agricole ? Vaste question que celle des aménités et…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
A Moëlan, le projet de reconquête des friches contesté par le SDPPR
A Moëlan sur Mer, la municipalité a commencé à rendre à l'agriculture une partie des 500 ha de friches que compte la commune, via…
Elevage bio cherche repreneur
A l’occasion du cap symbolique des 1 000 fermes bio en Finistère, le Gab tire la sonnette d’alarme : en bio aussi, le…
Publicité