Aller au contenu principal

Défendre la propriété privée rurale

Le syndicat de la propriété privée rurale a tenu son assemblée générale le 3 octobre dernier, à Châteaulin. L'occasion pour sa présidente, Hélène Beau de Kerguern, de rappeler ses priorités.

Le 3 octobre dernier, Hélène Beau de Kerguern avait invité Bruno Ronssin, le directeur du syndicat national de la propriété privée rurale, à participer à l'assemblée générale du syndicat finistérien, dont elle assume la présidence
Le 3 octobre dernier, Hélène Beau de Kerguern avait invité Bruno Ronssin, le directeur du syndicat national de la propriété privée rurale, à participer à l'assemblée générale du syndicat finistérien, dont elle assume la présidence
© Chantal Pape

"Notre syndicat compte 200 adhérents, précise Hélène Beau de Kerguern, la présidente du SDPPR 29, le syndicat départemental de la propriété privée rurale du Finistère. Des adhérents au profil varié, parmi lesquels des propriétaires bailleurs mais aussi des agriculteurs en activité, des anciens exploitants... "Une diversité que l'on retrouve aussi au niveau de notre conseil d'administration, qui compte 17 membres".

 

Aider

 

Permanences, téléphone, réunions sur le terrain : le syndicat se veut à l'écoute de ses adhérents et toujours prêt à apporter aide et conseils. "Nous avons aussi un travail de représentation des propriétaires", rajoute Hélène Beau de Kerguern, qui multiplie les contacts avec les syndicats agricoles, la chambre d'agriculture... "Je suis favorable au partage des compétences. Nous faisons tous partie de la famille de la ruralité. Et nous avons tous à gagner à être unis".

 

Défendre

 

Au niveau départemental, le syndicat a décidé de s'attaquer à la notion d'intérêt général. "Les pouvoirs publics s'en servent sous n'importe quel prétexte. Et l'Etat est devenu spoliateur". Et la présidente de citer la mise en place des périmètres de protection de captage, "où la compensation foncière n'est jamais une priorité", les réserves foncières des communes, communautés de communes ou collectivités territoriales qui "aujourd'hui, font de la spéculation foncière", ou le Conseil général, qui aurait pour projet d'acquérir 15 000 ha supplémentaires via le conservatoire du littoral. "Nous allons rencontrer les services de l'Etat pour discuter de tous ces sujets". Car l'objectif du syndicat est clair, "défendre une propriété rurale libre et durable" et se battre contre tout ce qui peut entraver cette liberté.

 

Informer

 

L'assemblée générale est aussi l'occasion, pour les adhérents, de s'informer. "Le bail de 9 ans est en fait un bail à durée indéterminée", prévient Antoine Desmiers de Ligouyer, notaire à Daoulas et membre du SDPPR29, qui a listé les autres possibilités de louer du foncier, avant d'inciter les propriétaires à anticiper la transmission de leur patrimoine. "Aujourd'hui, les règles ont changé. Il existe des solutions, à condition de ne pas subir".

 

En pratique

 

Le syndicat de la propriété privée rurale tient des permanences :

- à Quimper tous les mercredis, de 9h30 à 12h (contact : 02 98 52 48 28),

- à Morlaix le troisième mercredi du mois,

- à Brest le 2ième lundi du mois.

Permanences téléphoniques les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h, au 06 25 69 16 31.

Contact : sdppr29@gmail.com.

 

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Le cheptel porcin chinois reconstitué, la filière française en crise
Le ministère de l’Agriculture chinois vient de révéler que le nombre de porcs vivants sera bientôt au même niveau qu’avant la…
La grange du Guilar, un nouveau magasin à la ferme à Bodilis (29)
Le premier confinement a multiplié son activité de vente à la ferme par quatre ! Pour offrir à sa clientèle une plus large gamme…
Le boycott des produits français : quel impact pour la Bretagne ?
Les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le samedi 24 octobre dans plusieurs pays du Moyen-Orient…
La naissance d'un poids lourd du conseil, et de la Data en élevage
Par communiqué, quatre structures, Evolution, BCEL ouest, GDS Bretagne et Copavenir ont annoncé en fin de semaine dernière leur…
Viande cultivée : vers la fin de l’élevage ?
Depuis le premier steak haché créé en laboratoire en 2013, les techniques de production de viande artificielle progressent et de…
Une stratégie non pas tournée sur les volumes, mais le revenu
Lors d'une session en visio-conférence les chambres d'agriculture de Bretagne ont débattu et adopté les grands axes de leur…
Publicité