Aller au contenu principal

PULVÉRISATEURS
Des aides pour les équiper

Les agriculteurs bretons peuvent désormais aménager leur pulvérisateur auprès d’un réseau de spécialistes agréés et conventionnés auprès du Crodip(1). De part cet agrément, les entreprises conventionnées sont également susceptibles de faire bénéficier à leur clientèle des nouvelles aides du conseil régional de Bretagne.

Cinq accessoires sont subventionnés : les buses limitant la dérive (présence obligatoire sur le listing officiel MAP), la cuve de rinçage, le système de rinçage "intérieur cuve", le bac d’incorporation et rinçage bidon et le  kit de lavage extérieur du pulvérisateur.

Chaque élément peut être financé indépendamment d’un autre, une seule exception : tout appareil devra présenter après aménagement une cuve de rinçage et un jeu de buses  adapté. C’est un préalable obligatoire pour l’obtention des aides.

 

Modalités financières

Seuls les exploitants, Cuma et ETA ayant leur siège d’exploitation en Bretagne peuvent être financés. Aucun zonage : l’ensemble du territoire breton est retenu. L’aménagement devra être réalisé par un agent agréé par le Crodip (voir listing) sur la base d’un cahier des charges approuvé. Le dossier est adressé au Crodip par l’entreprise ayant réalisé l’aménagement.

Le montant des subventions correspond à 40% des dépenses (factures acquittées) avec un plafond d’aide de 100 ? minimum et 650 ? maximum par appareil de pulvérisation (voir encadré).

 

Une partie du parc breton est concernée

Afin respecter la nouvelle réglementation phytosanitaire, la solution la plus simple et la moins coûteuse passe par l’utilisation d’un appareil de traitement équipé. Hors une grande partie des pulvérisateurs en service est sous-équipée.

L’aménagement d’un pulvérisateur est possible et ne doit pas être un frein. Même un appareil déjà âgé peut être remis "au goût du jour".

 

Le réseau conventionné

Ce nouveau réseau est opérationnel depuis la fin du mois d’octobre 2009 (listing consultable sur www.

crodip.fr). Ce réseau est indépendant des organismes réalisant des contrôles obligatoires de pulvérisateurs, bien que ces derniers puissent également y adhérer.

Attention ce dispositif ne concerne pas l’achat des pulvérisateurs neufs, mais les pulvérisateurs en service sur les exploitations.

(1) Contact Crodip : info@crodip.fr. Site internet : www.crodip.fr

Deux exemples concrets

1er exemple : un pulvérisateur déjà équipé d’une cuve de rinçage est aménagé auprès d’un organisme habilité : kit de lavage extérieur du pulvérisateur + kit de rinçage intérieur de la cuve + jeu de buses "homologuées" pour un montant total de 1 025 ? HT. L’aide du financeur = 1025 x 40%, soit 405,60 ?.

 

2e exemple : un pulvérisateur de 21 m déjà équipé d’une cuve de rinçage s’équipe d’un jeu de buses "homologuées" pour un montant total de 462 ? HT. L’aide du financeur = 462 x 40%, soit 184,80 ?.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité