Aller au contenu principal

Des mesures très insuffisantes pour les producteurs de veaux de boucherie

La FDSEA et les Jeunes agriculteurs dénoncent le montant dérisoire des aides à la filière veau de boucherie. Pour obtenir de quoi sortir la production du marasme, ils appellent à la mobilisation.

Consommation en baisse, flambée des matières premières, récentes mises aux normes… Dans la filière veau de boucherie, tout concourt à une crise d'ampleur. Pour enrayer l'allongement des vides et la dégradation des revenus, les producteurs ont tiré la sonnette d'alarme. Leur cri n'a que partiellement été entendu par les Pouvoirs publics.
Des mesures d'urgence ont été décidées : aides aux producteurs, report de cotisations sociales. Les producteurs attendent plus comme un abondement de l'enveloppe FAC, un versement anticipé de 80% de l'acompte PAB, le découplage de la PAB veaux de boucherie, des dispositions spécifiques pour les agriculteurs en difficulté (allégement des cotisations sociales, report de TVA, réaménagement de prêts, aides au redressement). Ils demandent également un plan de sauvegarde de la filière au travers du gel des créations de bâtiments neufs, d'aides financières plus conséquentes, d'une indemnisation des vides sanitaires et d'un plan de recherche.
Une première enveloppe d'aides d'urgence de 200 000 euros a été allouée, dont 32 000 euros pour l'Ille-et-Vilaine. Lundi 11 juin, les représentants des éleveurs avaient rendez-vous avec l'administration pour répartir ce soutien. "Cette enveloppe est très insuffisante, déplore Catherine Debroize, responsable de la section veaux à la FRSEA. Mais la politique de la chaise vide n'aurait servie à rien. Nous avons dénoncé l'insuffisance de cette enveloppe auprès de l'administration lors de cette réunion". En Ille et Vilaine, 450 exploitations représentant 600 agriculteurs produisent du veau de boucherie. 273 ont déposé un dossier de demande d'aides. Seulement 49 dossiers ont pu être aidés - 24 pour des éleveurs indépendants et 25 d'éleveurs intégrés, dont 11 JA- et chacun pour un montant dérisoire. "Avec 32 000 euros, nous ne pouvions aider suffisamment tout le monde. Pour répondre à toutes les demandes, il nous faudrait 227 000 euros, estime Catherine Debroize. Plus que l'enveloppe nationale actuelle pour les besoins d'un seul département". Les producteurs réclament donc une rallonge.
Pour l'instant, la circulaire sur le report des cotisations n'est pas encore publiée. Les éleveurs qui rencontreraient des difficultés pour payer leurs cotisations sociales, leurs échéances de prêts, la TVA, peuvent prendre contact auprès de Fabrice Guérin, à l'Atese (02 23 48 28 70) et de la MSA
(02 99 01 85 11).
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Elle installe son élevage de brebis laitières sur Ouessant
Elle rêvait de vivre et de travailler sur son île. Un voyage en Mongolie lui a donné l’idée de son métier. Un appel à candidature…
La bio à grande échelle : utopie ou réalité ?
Alors que s'est tenu cette semaine le Congrès mondial de la bio à Rennes, se pose la question de la faisabilité du changement d’…
Les 28 et 29 août, Agrifête vous donne rendez-vous à Saint-Vougay

Les bonhommes de paille ont fleuri un peu partout dans le département, annonçant qu’après une année d’interruption pour cause…

À quelques jours de l'ouverture, l'effervescence gagne le Space
A l'heure ou l'élevage devient une question de société, le retour du Space en présentiel, du 14 au 16 septembre, est d'autant…
Au Space, les élèves du Nivot s’occupent des Normandes

Cette année, le Space servira de cadre au concours national de la race Normande, pour lequel 85 animaux ont été sélectionnés.…

Julien Denormandie, un ministre de l’Agriculture en immersion au Space
Loin des visites officielles qui se font parfois au pas de course, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, a inauguré…
Publicité