Aller au contenu principal

Des négociations commerciales bien orientées en lait

"On ne peut que se féliciter" des récentes revalorisations de prix annoncées dans la filière laitière, avait lancé le président de la FNPL, Thierry Roquefeuil, quelques jours avant la fin des négociations commerciales officiellement clôturées le dimanche 1er mars. Sa fédération veut désormais que les coopératives intègrent les coûts de production dans leurs contrats avec leurs adhérents.

Les EGA ont ramené en moyenne 10 €/1 000 litres aux producteurs, évalue la Fédération des producteurs laitiers.
© Archives Emeline Bignon

Les négociations commerciales 2020 vont "dans le bon sens" aux yeux de Thierry Roquefeuil, président de la FNPL (producteurs de lait, FNSEA), lors d’une conférence de presse au Salon de l’agriculture le 25 février. Mais il reste deux enseignes "avec lesquelles c’est plus compliqué" : Auchan et Casino. "Il n’est pas normal qu’une enseigne demande des baisses dans la conjoncture actuelle", a lancé l’éleveur, en référence à cette dernière. Contrairement à 2019, plusieurs transformateurs et distributeurs ont annoncé des accords de revalorisation des prix portant sur des marques nationales et des MDD. Les EGA ont "ramené en moyenne 10 €/1 000 litres aux producteurs", affirme Thierry Roquefeuil, soit environ 20 €/1 000 litres pour le lait vendu sur le marché intérieur (la moitié de la production française). Des chiffres qui confirment une estimation communiquée par la FNPL en novembre 2019.

 

"Retard à líallumage" du côté des coopératives

"Il y a l’enjeu des prix payés aux producteurs, mais il y a aussi celui de l’intégration des indicateurs des coûts de production dans les contrats", souligne de son coté Michel Lacoste, secrétaire général adjoint de la FNPL. En 2020, le syndicat veut mettre la pression sur les coopératives sur ce sujet, "incontournable si on veut que les EGA jouent leur rôle d’amortisseur à la prochaine crise". Or, aucune n’a encore intégré ces indicateurs dans ses contrats, d’après Thierry Roquefeuil, qui évoque un "retard à l’allumage".
Côté conjoncture, "en ce début d’année, tous les voyants sont au vert, la valorisation beurre-poudre augmente tous les mois", s’est félicité cet éleveur lotois. Mais les producteurs laitiers ont fait part de leur "inquiétude" face aux possibles effets de l’épidémie de coronavirus sur le marché mondial – et donc sur la valorisation du beurre et de la poudre (lire page 7).

 

Réflexion sur les critères díattribution des aides PAC

"Nous devons être vigilants sur la future PAC", a insisté le président de la FNPL, rappelant que "la convergence a tiré vers le bas les aides de l’ensemble des producteurs de lait. Certains éleveurs se posent la question de continuer le lait, et la PAC ne leur donne aucun signal en ce sens". Et d’ajouter que "l’aide à l’hectare pure et dure n’est peut-être pas la bonne solution pour répondre aux attentes des éleveurs".

D’après la vice-présidente Marie-Thérèse Bonneau, la FNPL "cherche à identifier des leviers qui reconnaissent la densité économique des élevages laitiers" : prise en compte des actifs, biodiversité, climat, etc. Sans toutefois envisager un basculement total de la répartition des aides à l’actif : appliquée au niveau européen, cette grille de répartition provoquerait un transfert massif vers les pays de l’Est et "ferait passer la France de 9 à 6 milliards euros" d’aides PAC, affirme Marie-Thérèse Bonneau.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Un Space sans public mais pas sans lendemain
  Le Space 2020 a bel et bien eu lieu. Il ne restera pas dans les annales, comme si décidément cette édition et surtout son…
Publicité