Aller au contenu principal

Chambre d'agriculture du Finistère
Des pistes de solutions pour la transmission

La transmission, notamment d'exploitations agricoles grandissantes et à des montants de capitaux colossaux, pose de nouvelles problématiques auxquelles la Chambre d'agriculture a présenté des pistes de solutions lors de sa session du 3 juillet.

L'étude menée en 2007 par la Chambre d'agriculture, en collaboration avec de nombreux partenaires, a été présentée lors de la session du 3 juillet dernier. Présentation à laquelle étaient conviées les organisations économiques et professionnelles du département. "L'étude a mis en évidence les problématiques de la transmission sur plusieurs plans, financier, environnemental, social, etc.", souligne Michel Adam, du bureau de la Chambre.

 

Départs en retraite en hausse dès 2012

L'étude tient compte d'un contexte en profonde évolution. "De 309 exploitants qui atteignent l'âge de la retraite en 2008, on passera à 341 en 2012, puis 425 en 2018", constate Gwénola Floc'h Penn. Parallèlement, on notait 253 installations pour 476 cessations en 2006, en lien avec le développement sociétaire (2 installations sur 3) et le salariat. 29% des installations s'opèrent aujourd'hui hors cadre familial. Et si le coût moyen de l'installation s'élevait sur la période 2001-2006 à 180 540 euros, de fortes disparités sont observées suivant les productions (près d'un million d'euros en légumes sous-serres et 400 000 en porcs).

Compte tenu de capitaux de reprise de plus en plus importants et des normes de 80% de capitaux bancaires, de nouvelles solutions financières sont nécessaires aux repreneurs, pour trouver des fonds propres conséquents ou des apporteurs extérieurs. Parmi les pistes développées par Gwénola Floc'h Penn, on note la mise en place d'une assurance souscrite par le cédant pour développer le "crédit vendeur", le montage de holding avec apport de capitaux extérieurs (coût élevé qui s'adresse à un gestionnaire averti), ou encore une réflexion sur des fonds d'investissement de proximité existants (Finistère Business Angels ou Ouest Venture) qui pourraient être étendus au secteur agricole.

L'allongement des prêts est risqué

La pérennité des exploitations est aussi en jeu sous la pression foncière. Le constat est à une augmentation des prix à l'achat, une proportion majoritaire des baux, et une multitude (7 en moyenne) de propriétaires fonciers pour un locataire. Dans ce contexte, l'émergence de GFA, dans le cadre de familial ou entre tiers (consommateurs), est une solution. Par contre, l'allongement de la durée des prêts fonciers n'est pas forcément souhaitable. "Je m'affiche clairement contre, déclare Jean Le Vourc'h, président du Crédit Agricole. L'allongement des prêts aura pour conséquence une augmentation des prix puisqu'on réfléchira plus en termes de capacité de remboursement que de valeur réelle du bien".

Gwénola Floc'h Penn a aussi rappelé l'importance de "bien prévoir l'avenir de l'exploitation" en matière d'environnement et d'urbanisme "pour ne pas installer dans des situations précaires". Quant aux enjeux sociaux et juridiques, il s'agira à l'avenir de "préparer la transmission progressive entre tiers, de professionnaliser la fonction d'employeur de main d'œuvre, et de mieux accompagner la transmission sociétaire", selon Gwénola Floc'h Penn.

"Cette étude est certes un rapport d'étape, concluait Michel Adam, mais avec déjà de nombreuses propositions" qui méritent donc d'être approfondies et débattues. 

L'embellie des prix ne profite pas aux finistériens

 "Les chiffres officiels (présentés la semaine dernière par l'Insee et le Ministère de l'Agriculture) mettent en lumière l'insuffisance des prix et de la rémunération de la production agricole, face au capital investi, au travail, aux risques et à la responsabilité de chaque agriculteur au quotidien" pointait Jacques Jaouen. En effet, si certains producteurs et régions ont profité de l'embellie des productions végétales, les productions animales, en revanche, l'ont subi de plein fouet par un accroissement de leur coût de production, porc et volaille en premier lieu. Ainsi dans le Finistère, les revenus des agriculteurs accusent une baisse moyenne de -34% en 2007 par rapport à 2006 (-32% en Bretagne). Selon le président de la Chambre d'agriculture, "cette situation économique peut modifier profondément le choix des agriculteurs, et avoir des conséquences lourdes sur l'aménagement de nos territoires et sur notre sécurité alimentaire".

Estimant que la conjoncture actuelle met en danger le revenu agricole, la Chambre a voté une délibération relative à la situation économique. Elle pointait la loi de modernisation de l'économie, une loi jugée par Yvon Pouliquen, de la Confédération paysanne, comme "une réaction épidermique, donc excessive, pour laquelle on prend un grand risque, et dont l'objectif de baisse des prix n'est pas sûr d'être atteint". La Chambre d'agriculture a alors demandé que soit rendu public l'observatoire des prix établi par la DGCCRF. De plus, concernant la hausse du coût de l'énergie qui représentait, déjà en 2007, 4,8% des charges d'une exploitation du département (contre 3,5% il y a cinq ans), la Chambre a demandé aux Pouvoirs publics la mise en place d'un carburant professionnel, des mesures fiscales compensatoires et un accompagnement des serristes sur des projets de sources énergétiques alternatives. La fragilité de la production laitière, la réforme de l'organisation économique du secteur des fruits et légumes et la revalorisation des retraites étaient aussi au menu de cette délibération économique.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Quand agriculteur et apiculteur travaillent de concert
Voilà 4 ans déjà que Frédéric Mésangroas, producteur de porcs à Plouigneau (29), accueille les ruches de Daniel Le Louët. Au fil…
Le retour très controversé des protéines animales transformées
Le 14 avril dernier le Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff - en français Comité permanent des végétaux…
Le Space sera bien là en 2021, à Rennes
Le salon de l'élevage fait son grand retour à Rennes. Entre soulagement, fierté et impatience, les organisateurs du Space livrent…
Les Entreprises des territoires en recherche constante de reconnaissance
Les entreprises des territoires (EDT) se réunissaient encore une fois en viso conférence pour l’assemblée générale 2021. l’…
Porcs : les éleveurs demandent la fin de la castration
"On bute sur le mur des abatteurs… Si le gouvernement ne nous aide pas, ça va être compliqué". Mardi dernier, l’association pour…
L’agriculture intensive et le hors sol : une chance pour la Bretagne

Productiviste, industrielle et intensive à outrance : voilà les qualificatifs réducteurs et mensongers dont certains ne…

Publicité