Aller au contenu principal

Crédit agricole
Des résultats en progression

Si, en 2012, le résultat du Crédit agricole progresse de près de 2%, il ne fait pas oublier à ses responsables qu'une partie de l'économie du territoire souffre. A commencer par l'agriculture.

De gauche à droite : Jack Bouin, directeur général du Crédit agricole, et Jean-Paul Kerrien, président
De gauche à droite : Jack Bouin, directeur général du Crédit agricole, et Jean-Paul Kerrien, président
© Chantal Pape

36,7% des parts de marché pour les encours de crédit, 33% pour la collecte d'épargne : en 2012 encore, le Crédit agricole a conforté sa place de leader sur le département du Finistère. Et, malgré des crises qui se succèdent depuis maintenant 5 ans, la banque parvient à tirer son épingle du jeu. "Sur 1,4 milliard d'euros de nouveaux crédits, la moitié concerne l'activité des ménages", indique Jack Bouin, le directeur général. Si les crédits à la consommation progressent légèrement, + 1,2%, l'habitat est en repli. Mais, à - 6%, le Finistère souffre bien moins que les autres, puisque la moyenne française se situe à – 23% et que certaines départements en sont à - 40%. "Et les nouveaux crédits à l'économie, agriculture, professionnels, entreprises et collectivités, n'ont chuté que de 5 millions d'euros, malgré un contexte difficile".

 

Financer l'économie locale

 

Du côté de la collecte, le livret A se porte bien, avec 146 000 clients et 700 millions d'euros d'encours. "Mais, réglementairement, la majorité de ces fonds repartent vers la Caisse des dépôts et consignation", rappelle Jack Bouin. Ce qui a incité le Crédit agricole à lancer un livret sociétaire, "qui, lui, va financer les petites entreprises de notre territoire".

A 277 millions d'euros, le PNB, le produit net bancaire du Crédit agricole progresse de 2,6% en un an. Il sert d'abord à faire face aux impôts, taxes et charges sociales, 81 millions d'euros, un poste en forte progression. "En trois ans, les impôts et taxes ont progressé de 60%, calcule le directeur général. 40% sur la seule année 2012". Le coût du risque, lui, est en diminution : 14 millions d'euros contre 20 millions en 2011. "Pour faire face aux crises, nous avons aussi mis en place des provisions de précaution. Et, en 7 ans, elles atteignent 110 millions d'euros".

Sur un résultat net de 61,5 millions d'euros, en progression de 1,7% en un an, 54 millions sont affectés en réserve. "Nous renforçons ainsi notre solidité financière et nos fonds propres consolidés atteignent maintenant 1,3 milliard d'euros".

 

Accompagner les secteurs en difficulté

 

"Ces bons résultats servent aussi à accompagner les secteurs en difficulté", souligne Jack Bouin. Et, du bâtiment aux travaux publics en passant par l'agroalimentaire, ils ne manquent pas dans le Finistère ! "L'agriculture, aussi, souffre", rappelle Jean-Paul Kerrien, le président du Crédit agricole, en évoquant des trésoreries très tendues en porc comme en lait, "où on en est au même point qu'au plus fort de la crise de 2009". Ou une baisse annoncée des rémunérations de 40 à 50 €/m² en volailles, suite à la diminution des restitutions européennes.

"Et les outils d'abattage ne tournent qu'à 60% de leurs possibilités en bovin, 75% en porc". Une situation qui grève leurs coûts de production et les rend moins compétitifs que leurs concurrents allemands qui, eux, ont saturé leurs outils. Gad, le premier, met genou à terre et vient de déposer son bilan. "En porc, les contraintes administratives n'ont pas permis de restructurer les élevages, dénonce Jean-Paul Kerrien. Et, aujourd'hui, nous sommes en train d'en payer le prix". Fermer le site de Lampaul Guimiliau ? "Les salariés sont peu mobiles. Et les cochons sont produits à proximité !" Comme il l'a fait en son temps pour la tomate, en aidant les producteurs à changer d'énergie, le Crédit agricole accompagnera salariés, producteurs et industriels de la filière porcine. "Jusqu'à présent, le Grand Ouest avait plutôt été épargné. Cette fois, nous sommes au cœur du cyclone".

 

Le Crédit agricole en quelques chiffres

 

1 417 collaborateurs,

39 caisses locales et 592 administrateurs,

177 650 sociétaires,

450 000 clients,

118 points de vente,

10 agences patrimoine et professionnels,

4 agences entreprises,

2 sites Crédit agricole en ligne.

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Acceptabilité sociétale : ouvrir, montrer et démontrer
Alors que s’ouvre dans quelques jours en mairie d’Arzal (56) leur dossier d’enquête publique, les associés de la SCEA de Kerollet…
Canettes tueuses, quand l'incivilité tue
Depuis deux ans, le Gaec de Kerforn, à Caudan, a du se résoudre à faire euthanasier six vaches sur la centaine de laitières qui…
Des protéines végétales bretonnes pour réduire les importations de soja
Si la Bretagne importe 95 % des protéines végétales dont elle a besoin pour nourrir ses animaux d’élevage, le GIE SVP est bien…
Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom
La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français.…
Rapport sur le suicide d’agriculteurs : les premières pistes
Après six mois de mission, le député Olivier Damaisin s’apprête à rendre au Premier ministre son rapport sur le suicide et le mal…
Tags en exploitation : jusqu’où iront-ils, s’interroge la FDSEA 29
En fin de semaine dernière, plusieurs tags ont été découverts sur deux exploitations agricoles de Plonévez-Porzay, dont celle de…
Publicité