Aller au contenu principal

FDSEA
Des réunions d'arrondissement sous tension

Elles étaient programmées depuis longtemps mais l'actualité a rattrapé les réunions d'arrondissement de la FDSEA. Ambiance tendue, sur fond d'inquiétude.

"Et maintenant, on fait quoi ?" Il est 21 heures, jeudi soir, au lycée horticole de l'Aulne, à Châteaulin. La FDSEA y a invité l'ensemble des adhérents de l'arrondissement à venir échanger sur les thèmes d'actualité. Et, justement, en lait, l'actualité est brûlante, un accord ayant été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi entre producteurs et transformateurs, à 280 €/1 000 litres pour l'année 2009. "Ca, c'est le discours, s'insurge un producteur de lait. La réalité, c'est que personne, ou presque, ne sera payé ce prix-là. Avec la flexibilité additionnelle, certaines laiteries ne paieront que 262 €".

Un accord de dupes

"C'est un accord de dupes", confirme Thierry Merret, le président de la FDSEA, qui n'a pas hésité, aussitôt les termes de l'accord connus, à faire connaître son opinion via un communiqué de presse. "La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs dénoncent l'accord sur le prix du lait, conclu sous pression gouvernementale, à la veille des élections européennes". Ce qui énerve les syndicalistes ? "Il donne à croire que tous les producteurs seront payés 280 €. Or, il ne concerne que 25% d'entre eux".
Et les calculs sont vite faits. "Dans le Finistère, la perte est estimée, en moyenne, entre 1 400 et 1 900 € par mois". Autant dire que les producteurs ne résisteront pas longtemps ! "Depuis 2006, les charges ont augmenté de 45 €/1 000 litres, indique Ronan Le Meur, vice-président de la FDSEA. Aujourd'hui, les centres comptables estiment que 17% des exploitations laitières ont un revenu négatif. Si le prix moyen 2009 est de 250-260 €, ce sera une exploitation sur 3 !"
Et la seule diminution du prix du lait fera perdre 280 millions d'euros à la ferme Bretagne en 2009. "C'est trois fois plus que ce qu'on va perdre avec la réforme de la Pac, explique Thierry Merret. C'est bien la preuve que c'est le prix qui fait le revenu !"

Pour une meilleure répartition des marges

Mais la colère des producteurs ne s'arrête pas là. "La médiatisation de cet accord dans le détail est un scandale, estiment la FDSEA et les JA. Les premiers à en profiter seront les centrales d'achat qui exigeront une diminution du prix de vente des produits laitiers".
Voilà bientôt deux semaines que les producteurs de lait bloquent les accès des grandes surfaces, alternant enseignes et zones géographiques, pour faire entendre leur revendication d'une répartition plus juste des marges au sein de la filière. "Aujourd'hui, le transformateur équilibre ses comptes, la grande surface garde toute la marge et le producteur sert de variable d'ajustement", résume Ronan Le Meur. "L'écart ne cesse de croître entre le prix payé producteur et le prix payé par le consommateur, rajoute Claire Loiseau, la directrice de la FDSEA. En 18 ans, le prix du boeuf au détail a grimpé de 50%, celui payé producteur a régressé de 15%. En porc, le prix à l'étal a progressé de 16%, tandis que le producteur a vu le prix qu'il touche fondre de 30%".
Si un observatoire des prix et des marges a bien été mis en place, il n'a toujours pas permis de connaître l'exacte répartition de celle-ci au sein de la filière. "Et nos élus se défaussent, tempête Emile Riou, premier vice-président de la FDSEA. Ils veulent nous faire croire que tout ce qui arrive est de la faute de l'Europe". "L'Europe reste un bouc-émissaire facile, rajoute Marc Cozien, élu à la chambre d'agriculture. Personne ne veut affronter la grande distribution".

Que faire ?

"Mais comment se faire entendre". Si le constat est partagé par tous, les producteurs ne savent plus comment faire prendre conscience aux pouvoirs publics des difficultés dans lesquelles ils se débattent. "S'il y a des arrêts de production, c'est toute l'économie bretonne qui va en pâtir", rappelle Thierry Merret. Et la situation d'Unicopa ne fait que plomber un peu plus un climat déjà fort morose. "Est-ce que notre lait sera payé en juin", s'inquiète une productrice.
"Il va falloir apprendre à gérer avec des hauts et des bas, résume un producteur. Mais, pour le moment, on ne sait pas faire". Les producteurs demandent un aménagement de la LME, la loi de modernisation de l'économie, qu'ils trouvent un peu trop taillée sur mesure pour servir les intérêts de la grande distribution. "Il faut obtenir que l'agro-alimentaire ne rentre pas dans le champ d'application de la LME : elle est prévue pour des grands groupes, et ne peut pas s'appliquer à des PME, qui font l'essentiel du tissu de l'agro-alimentaire". Pour faire avancer leurs revendications, rendez-vous est pris pour le dimanche 7 juin, en soirée, "pour une action inter-régionale".

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"Sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"
Déçue sur les dossiers des néonicotinoïdes et du glyphosate, la députée finistérienne LREM Sandrine Le Feur se dit déterminée à…
"Notre région dispose de véritables atouts pour le développement de la méthanisation"
L'équipe du pôle nouvelles énergies du Crédit Agricole en Bretagne, voit chaque jour d'une part se diversifier les projets d'…
Des légumineuses bretonnes dans nos assiettes
Graines de pois chiche, haricot rouge, pois et lentille corail sont un bienfait pour l’alimentation humaine et constituent aussi…
Le photovoltaïque breton cherche à valoriser son potentiel
En décembre 2020 le gouvernement passait en force et imposait une révision rétroactive des tarifs de rachat d'électricité…
La région prend position sur la future PAC
La crise Covid a remis sur le devant de la scène l’importance d’une production agricole locale, ainsi que l’apport de l’…
La séparation de la vente et du conseil, un concept plus qu'une réalité
L'indépendance du conseil en phytos, instaurée dans le cadre de la loi Egalim, est en vigueur depuis le 1er janvier. Son objectif…
Publicité