Aller au contenu principal

A Briec de l'Odet
Des serres chauffées par l'usine d'incinération

Trois serristes associés se sont installés à Briec-de-l'Odet (29) en novembre 2010. Leurs 5 hectares de tomates sont entièrement chauffés grâce à l'énergie récupérée d'une usine de traitement des déchets située à 300 mètres.

30 millions de kWh sont délivrés par l'usine pour les besoins en chauffage des serres. C'est l'équivalent de 2 580 tonnes de pétrole économisées par an. Et grâce à cette récupération de chaleur, "le coût énergétique est réduit de 20% dans les serres", estime Rémi Salliou, un des associés de la SARL An Ruz, dont la production annuelle est estimée à 2 340 tonnes de tomates, majoritairement grappe, puis cœur de pigeon et Torino. 110 000 plants ont été mis en place en novembre 2010. L'exploitation est sous contrat avec Saveol situé à 50 km de Briec-de-l'Odet. 

 

5 millions d'euros investis dans les serres

Voisin de 300 mètres, le Sidepaq 1, l'usine d'incinération du Pays de Quimper, qui traite 63 000 tonnes de déchets par an, répond à la totalité des besoins en chaleur des serres. Un  hydrocondenseur au niveau de cette usine permet de récupérer la vapeur pour alimenter un circuit d'eau chaude. 1 km de tuyaux aller-retour relie l'usine aux serres. "Les deux réseaux d'eau chaude sont séparés", précise Rémi Salliou. L'énergie est récupérée par un échangeur de chaleur".

De plus, les serres sont équipées d'une réserve tampon équivalent à 20 minutes, ainsi que d'une chaudière de secours pour faire face aux arrêts techniques de l'usine durant deux semaines deux fois par an. Aussi, pour compenser la température de l'eau qui arrive dans les serres à seulement 55°C, les exploitants ont installés deux fois plus de tuyaux de chauffage de végétation. Des écrans de toiture et de parois viennent compléter l'installation pour encore plus d'économie d'énergie.

L'investissement dans les serres représente 5 millions d'euros, soit 100 €/m², subventionnés à 20%. Le Sidepaq, à l'origine du projet, a pour sa part investit 1,8 million d'euros pour adapter l'usine à la récupération de chaleur. Un partenariat sur 13 ans lie ces deux entreprises, publique et privée.

 

5 euros de chauffage par m² par an

Le coût du chauffage est d'à peine 5 euros par m² et par an dans les serres. En comptant les surcoûts pour l'injection de gaz carbonique (en comparaison de systèmes de chauffage au gaz) et les coûts liés aux arrêts techniques de l'usine d'incinération, les serristes évaluent leur coût énergétique à 8 € par m² et par an, ce qui reste faible.

Cependant, des calages sont encore à trouver pour réguler les flux entre l'usine et les serres dont les besoins en chaleur sont très fluctuants. "Cela demande beaucoup d'anticipation de notre part et des échanges réguliers avec l'usine, souligne un des associés, David Potereau. La problématique est complexe et nous n'avons pas de recul".

 

Bientôt 2 ha supplémentaires

Le projet a permis l'installation de Régis Ollivier, qui travaille à plein temps à la SARL An Ruz. Les deux autres associés, Rémi Salliou et David Potereau étaient quant à eux déjà exploitants. Une quarantaine d'emplois a en outre été créée dans les serres. Et 2 hectares de serres supplémentaires devraient voir le jour dans les deux ans à venir.

 

Audrey Dibet

 

 

1 Le Sidepaq valorise aussi l'énergie par de la production d'électricité à hauteur de 18,5 millions de kWh injectés dans le réseau, soit la consommation de 6 200 maisons individuelles.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Les agriculteurs mettent ‡ l'honneur le Tour de France et leur territoire
C'est un événement majeur pour tous les territoires qu'il traverse. Et cette année la Bretagne a été gâtée en accueillant même le…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Publicité