Aller au contenu principal

Désherbage du maïs, des alternatives au tout chimique

Pour atteindre les objectifs du Grenelle de l'environnement et réduire de 50% les intrants phytosanitaires d'ici 10 ans, il faut travailler à des solutions alternatives pour le désherbage du maïs. De nombreuses démonstrations d'itinéraires mécaniques sont proposées.

Démonstration de houe pour le désherbage mécanique du maïs.
Démonstration de houe pour le désherbage mécanique du maïs.
© Cécile Julien

Face à la nécessité de réduire l'utilisation de produits phytosanitaires, des techniques qui ont fait leurs preuves en agriculture biologique intéressent aujourd'hui tous les producteurs. En premier lieu, celles de désherbage du maïs. Mardi 8 juin, une démonstration de différentes méthodes mécaniques a eu lieu à Pléchâtel, à l'initiative de la chambre d'agriculture, de la FDCuma, d'Agrobio et du syndicat de bassin du Semnon. "Le désherbage mécanique doit se prévoir dès le semis, recommande David Roy, technicien d'Agrobio. Non seulement, il doit s'inscrire dans une rotation suffisante des cultures mais le semis doit être réalisé dans un sol fin et correctement nivelé. Les graines doivent être déposées à 4-5 cm de profondeur".

Trois outils sont principalement utilisés pour désherber le maïs. La houe passe jusqu'au stage 4-5 feuilles mais elle est la plus efficace au stade précoce des adventices. Comme il faut rouler vite, de 15 à 18 km/h pour une pleine efficacité, cet outil demande de la puissance de traction. La herse étrille est plus agressive et détruit les adventices jusqu'au stade 4 feuilles. On peut la passer jusqu'à ce que le maïs pointe ou une fois qu'il est suffisamment résistant, au stade 4 feuilles. Le réglage de la profondeur et de la vitesse doit être ajusté selon le stade des adventices. Autre solution, la bineuse qui peut être utilisée à partir du stade 3-4 feuilles. Les constructeurs proposent des modèles qui s'attellent à l'avant ou à l'arrière du tracteur.

Différents matériels, différentes combinaisons

Côté coût, les différents itinéraires sont assez proches. Pour un désherbage chimique en 2 passage, le coût total varie de 75 à 100 euros/ha, selon le coût d'entretien et l'amortissement du matériel. Pour des itinéraires mixtes (pré ou post-levée et binage, désherbage mixte et binages), il va de 68 à 95 euros. Pour une approche entièrement mécanique (1 hersage, 1 passage de houe et 2 binages), le coût va de 85 à 105 heures.

Le désherbage mécanique peut être pratiqué seul ou en itinéraire mixte (passage d'un phyto, traitement sur le rang et désherbage mécanique en inter-rang). Pour réduire l'utilisation d'herbicides, plusieurs autres pistes sont à explorer : réduction des doses, travail du sol (faux-semis, non-labour), inter-cultures (couverts nettoyants), rotation…

Les prochains rendez-vous de démonstration

- Le 18 juin de 14h à 16 h à Sains (lieu-dit la Lande de Montomblay) chez Sylvain Chaumont, agriculteur en 2e année de conversion biologique (fléchage depuis Saint Georges de Gréhaigne et de Saint Broladre sur la route D 797).

-

Le 22 juin de 14h à 16h chez Alain Ruffault, agriculteur biologique à Gosné. Fléchage depuis le bourg de Gosné.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

Une démarche RSE comme moteur du changement ?
Une démarche RSE peut elle être un moteur du changement ? C’est le pari que veut faire le Crédit Agricole des Côtes d’Armor qui a…
Forestiers : comment restaurer le dialogue avec la société ?
Si les citoyens apprécient la forêt, symbole de nature préservée, et le bois matériau, pour se chauffer ou se meubler, ils sont…
Des moissons compliquées par une météo pluvieuse
Depuis le 14 juillet le beau temps était reparti permettant aux moissons de démarrer enfin après un épisode pluvieux record. Sur…
La filière porcine en plein doute
Dans une lettre ouverte à Julien Denormandie, la première coopérative porcine de France explique son projet de quitter ATM (le…
Locus Solus, la petite maison d’édition qui monte...
Créée il y a maintenant neuf ans, Locus Solus se fait peu à peu sa place dans le monde de l’édition, à raison de 40 à 45 ouvrages…
Se lancer dans l’inconnu oui mais... avec des partenaires que l’on connaît bien !
Installés depuis quatre ans, Myriam et Vincent Labbé, ont repris deux élevages sur la commune de Plenée-Jugon (22). Leur objectif…
Publicité