Aller au contenu principal

CÉRÉALES
Difficile d'être optimiste pour 2010

L'orientation des cours est à la baisse. La section céréales de Coopagri Bretagne dresse des perspectives relativement peu optimistes pour 2010.

Michel Le Friant, service céréales Coopagri Bretagne, Philippe André, président de la section, et Gérard Maillet, directeur général adjoint Coopagri Bretagne.
Michel Le Friant, service céréales Coopagri Bretagne, Philippe André, président de la section, et Gérard Maillet, directeur général adjoint Coopagri Bretagne.
© Terra

"Les changements de 2009 sont assez structurels pour la région, et on ne les prévoyait pas encore il y a deux ans", remarquait Michel Le Friant, responsable du service céréales de Coopagri Bretagne, lors de l'assemblée générale du 4 mars à Ploufragan (22). Le prix du blé est devenu inférieur à celui du maïs, de 10 ?/t. L'orge a décroché et reste maintenant scotché au prix d'intervention. "Les céréales ont passé la barrière fatidique des 100 euros/tonne", s'inquiète Denis Manac'h. En outre, avec le changement de politique à l'intervention, l'année 2010 démarre avec des stocks importants en blé meunier. "Le seul espoir est de voir un accident climatique ailleurs que chez nous", estime ainsi le président de Coopagri Bretagne. Les premières récoltes qui commenceront en Inde puis au Maghreb seront donc regardées de près. En Bretagne, Michel Le Friant voit "peu de chance que les bonnes collectes de 2008 et 2009 soient reconduites en 2010 du fait des mauvaises conditions de semis à l'ouest".

 

Parité euro/$ déterminante

Le marché des énergies, la spéculation ou la hausse de production d'éthanol aux Etats-Unis peuvent malgré tout tirer les cours vers le haut. Mais selon Michel Le Friant, "la parité euro/dollar est l'élément le plus déterminant à court terme", car décisive sur la capacité à l'export. Or pour Coopagri Bretagne, "il est important de pouvoir jouer sur l'export si la qualité est là". En effet, le nombre de fabricants d'aliments se restreint en Bretagne, le déficit de céréales se réduit aussi
(- 1,5 million de tonnes en 2009 contre - 2,5 millions de tonnes en 2007) et le blé rendu Pontivy est descendu au même prix que le blé rendu Rouen alors qu'il était 7 euros plus cher jusqu'en 2007.
Le débat technique qui a clos l'assemblée générale a pu illustrer les leviers encore possibles pour améliorer les prix de revient des agriculteurs, notamment en matière de génétique. Mais jusqu'à quel point ? Difficile en effet d'envisager des coûts inférieurs à 100 ?/t. Dans ce contexte baissier, la réorganisation opérée au niveau de Caliance en 2008 (regroupement des collectes Coopagri, CAM56, CAM53 et Vegam) puis avec la création d'une nouvelle coopérative cette année, est devenue une nécessité pour optimiser les coûts de logistique représentant à eux seuls la moitié des charges en céréales.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terra
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Terra
Consultez les revues Terra au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière Terra
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terra.

Les plus lus

"La délégation de travail accompagne les mutations agricoles"
Élodie Gapihan travaille au Crédit Agricole d'Ille-et-Vilaine. Elle est la seule chargée d'affaires en France, à suivre…
ETA Guillon-Barbot : l'innovation pour modèle économique
Depuis 1977, l'ETA Guillon-Barbot à Vitré (35) fait de l'innovation sa marque de fabrique avec une philosophie qui se veut simple…
OP et AOP seront au cœur de la PAC de 2023
Les organisations de producteurs, Op et les associations entre elles AOP, seront au cœur de la future PAC. Elles pourront…
"L'épandage sans tonne, c'est l'avenir !"
L'ETA Guégan à Saint Onen La Chapelle (35) a inauguré cette année son "épandeur sans tonne avec rampe à patins". Une première…
Le projet Egalim II du député Besson Moreau est sur la table
Le député LREM de l’Aube Grégory Besson-Moreau a enfin divulgué sa proposition de loi sur les relations commerciales dans le…
L’observatoire du coût de revient : "faire œuvre utile"
Apporter sa pierre à l’édifice pour la prise en compte du coût de revient des adhérents dans la construction du prix du lait, c’…
Publicité